L’assemblée provinciale de l’Ituri a voté une motion de méfiance contre Jean Bamanisa

L’assemblée provinciale de l’Ituri a voté une motion de méfiance contre Jean Bamanisa

Malgré qu’ils fussent empêchés par la police, déployée dans l’enceinte de l’hémicycle, d’accéder dans la salle des plénières, les députés provinciaux

Les langues commencent à se délier sur les décaissements des fonds en rapport avec les immondices à Kinshasa
Sénatoriales: Foisonnement d’affiches à l’Assemblée provinciale de Kinshasa
COMMUNIQUE DE PRESSE A L’ISSUE DE LA REUNION DE L’ASSEMBLEE EPISCOPALE PROVINCIALE DE KISANGANI (ASSEPKIS), DU 05 AU 07 MARS 2019

Malgré qu’ils fussent empêchés par la police, déployée dans l’enceinte de l’hémicycle, d’accéder dans la salle des plénières, les députés provinciaux de l’Ituri se sont réunis et ont voté, ce mercredi 20 novembre 2019, la motion de défiance contre le gouverneur Jean Bamanisa Saidi. Sur 28 députés présents, 27 ont voté pour la motion et 1 s’est abstenu.

L’entrée de l’hémicycle fermée par la police

Avant de siéger, le président de l’assemblée provinciale de l’Ituri, Banga Tshombe Siméon, a affirmé que son institution « va siéger partout où le bureau décidera » pour examiner la motion de défiance déposée contre le gouverneur Jean Bamanisa.

« Notre règlement intérieur nous permet de siéger à n’importe quel endroit décidé par le bureau » a dit Banga Tchombe Siméon qui condamne fermement cet agissement. « Nous sommes les représentants du peuple iturien et personne n’a le droit de nous empêcher de siéger » a-t-il lancé tout en déplorant la présence de la police pour les empêcher de siéger.

« Je ne sais pas celui qui a envoyé la police à nous empêcher l’accès de la salle. L’Assemblée provinciale est appelée à contrôler l’exécutif provincial et aujourd’hui, nous avons fait  un contrôle parlementaire. Nous sommes appelés à travailler pour la population », a-t-il souligné.

Le rapporteur de la chambre, Julie Adabayi a déclaré à l’issue de ladite plénière que sur 28 députés présents, 27 ont voté pour la motion et un seul s’est abstenu. Il a précisé que leur règlement intérieur, dans son article 205, stipule ce qui suit : «  Lorsqu’on adopte une motion de censure, le gouvernement provincial est réputé démissionnaire, dans ce cas le gouverneur de la province remet la démission du gouvernement au président de la République; Lorsqu’une motion de défiance contre un membre du gouvernement est adoptée, celui-ci est réputé démissionnaire ».

« Donc il est clair que nous attendons l’étape suivante auquel, le gouverneur Bamanisa va déposer sa démission auprès du président de la République qui l’a investi », a-t-il déclaré.

Menaces et tentatives de corruption

L’assemblée provinciale de l’Ituri à l’heure de la campagne électorale

Les 17 députés provinciaux de l’Ituri, en majorité issus du FCC, qui ont signé et déposé lundi dernier une motion de défiance au bureau de l’Assemblée provinciale contre le gouverneur Jean Bamanisa, se disent être en insécurité. Ils affirment qu’ils reçoivent des menaces à travers des appels téléphoniques de la part des inconnus.

L’un d’entre eux, député provincial Masumbuko Adaba a déclaré mardi dernier que lui et ses collègues subissaient de menaces de la part des inconnus.  « Nous sommes dans une insécurité totale, nous signataires de la motion contre le gouverneur Bamanisa. Nous recevons des appels de menaces de l’autre camp et des inconnus. Moi-même, je ne sais pas où passer la nuit raison pour laquelle, j’ai déjà alerté les autorités sécuritaires et ma communauté. Notre vie est en danger juste pour des causes nobles », se plaint-il.

Il a par ailleurs ajouté que plusieurs tentatives de corruption qui ont échoué, sont à la base de leurs menaces.  « Cette motion a été signée au moins avec 17 élus. Ils veulent nous déstabiliser avec l’argent mais sans succès. Si un député va courir derrière l’argent en tout cas sa place n’est pas à l’hémicycle. Il faudra que la population puisse être regardante pour que de tels députés soient sanctionnés prochainement », a-t-il reconnu.

Qui sont signataires de la motion ?

Une plénière en plein air pour voter la motion de défiance contre Bamanisa

Sur les 47 députés que compte l’organe délibérant de cette province, 5 parmi eux avaient été nommés ministres au gouvernement provincial et les mandats de leurs suppléants n’ont jamais été validés. Jusque-là, 42 députés seulement sont autorisés au débat et vote de la motion.

Parmi les 17 députés provinciaux qui ont apposé leurs signatures sur la motion, 13 sont du FCC, 2 de Lamuka et 2 indépendants du regroupement CUC.

Les 13 députés du FCC signataires du document sont : Anyama Sindani, Tali Omba Moïse, Orodrio Angupi, Djamba Aloma, Awate Lumery Chantal, Ukethwengu Warom, Olowa Ryeko, Udaga Pirwoth, Uchekuru Mosese, Bachu Ngbadhe Jean, Kambale Ngendo, Asumani Tito et Udongo Nyuma Josué.

Pour le CUC, il s’agit de Bero Piracell Hubert et Malabo Kibongakali Claude tandis que pour Lamuka il y a Masumbuko Adaba Louis, l’initiateur de la motion et Dhekana Bakambu Jacques.

 De quoi reproche-t-on à Bamanisa

 Les députés auteurs de la motion reprochent au gouverneur Jean Bamanisa Saidi l’opacité dans la gestion de fonds du gouvernement central en faveur des déplacés de Djugu, l’achat de 10 véhicules à la police pour un montant exorbitant, la vente des 12 lingots d’or confisqués par la justice militaire au profit de l’Etat congolais, le mauvais entretien des routes et la violation intentionnelle d’un accord avec les pétroliers.

Les arriérés de 14 mois des loyers du bâtiment qui abrite le bureau de l’assemblée provinciale et le non-respect par le gouverneur des amendements formulés par les élus provinciaux au moment de l’investiture du gouvernement provincial, sont aussi évoqués dans le document de la motion.

On se rappelle que la plénière convoquée mardi 19 novembre à l’Assemblée provinciale pour entendre le ministre provincial en charge de l’Economie et des Finances, dans le cadre de contrôle parlementaire, a été perturbée par un groupe de jeunes et de motocyclistes protestant contre la motion de méfiance visant le gouverneur Jean Bamanisa.

Réaction

La population de Djugu en route vers Ntoroko en Ouganda 

Le regroupement politique, Républicain Indépendant et Alliés (RIA) , a immédiatement réagis contre la motion. Selon Justin Kisembo Mabara, président fédéral de ce regroupement cher au gouverneur Bamanisa, les députés de l’ituri « doivent travailler au bon sens et ne pas se laisser faire par certains partis politiques et hommes politiques, car l’ituri a besoin de son développement. Le mieux c’est d’épuiser la procédure et non passer directement par une motion alors que le gouverneur ne vient de faire que 4 mois depuis son installation, avec comme priorité, la sécurité », a déclaré Justin Mabara.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :