La tripartite Gouvernement-CNSA-CENI relance l’identification et l’enrôlement des congolais de l’étranger

La tripartite Gouvernement-CNSA-CENI relance l’identification et l’enrôlement des congolais de l’étranger

« Recommandons à la CENI, en ce qui concerne l’élection présidentielle, de lancer l’opération de l’identification et enrôlement des congolais de l’étr

Machine à voter : La commission électorale sud-coréenne désapprouve son utilisation et écrit à la CENI
La CENI est loin de rencontrer les attentes de la CENCO sur la machine à voter
La CENI porte plainte contre des enrôlés irréguliers

« Recommandons à la CENI, en ce qui concerne l’élection présidentielle, de lancer l’opération de l’identification et enrôlement des congolais de l’étranger ». C’est une des recommandations de la tripartite qui vient de réunir le Gouvernement, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), dont le communiqué final a été rendu public le mercredi 18 octobre 2017.

A ce sujet, l’Agence catholique a abordé quelques kinois. La majorité des personnes contactées pense que c’est un droit pour nos compatriotes de l’étranger de voter.

Cependant, beaucoup d’entre eux estiment qu’au regard du retard déjà enregistré pour l’organisation des élections, la CENI et la majorité présidentielle cherchent à prolonger indéfiniment le pouvoir de Joseph Kabila.

Beaucoup de personnes consultées cherchent à savoir pourquoi tout ce temps, la CENI n’a pas identifié et enrôlé les congolais de l’étranger. Ils redoutent que cette opération augmente les 504 jours dont a besoin Corneille Nangaa pour organiser les élections.

S’il faut identifier ou enrôler les congolais de la diaspora, quelques personnes ont émis le vœu de voir la CENI, si la centrale électorale est sérieuse, qu’elle organise cette opération pendant qu’elle enrôle des électeurs dans le Grand Kasaï.

D’autres ont affirmé que, compte tenu du retard dans l’organisation des élections, et compte tenu du fait que les élections de 2006 et 2011 ont eu lieu sans nos compatriotes de la diaspora, les prochaines élections peuvent se dérouler sans ces compatriotes. « Ces derniers sont de cœur avec nous qui souffrons au pays », a déclaré une étudiante.
JR Bompolonga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :