La Tanzanie a extradé l’ex-colonel John Tshibangu vers Kinshasa où il va être présenté à la justice militaire

La Tanzanie a extradé l’ex-colonel John Tshibangu vers Kinshasa où il va être présenté à la justice militaire

Déserteur des Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) depuis 2012 et recherché depuis, le l’ex-colonel John Tshibangu a été arrêt

1900 combattants FDLR et leurs dépendants rapatriés au Rwanda
5 présumés ex-M23 en provenance de l’Ouganda arrêtés par l’armée à Mahagi, en Ituri
17 mai 2019: la reconnaissance de Félix TSHISEKEDI fait débat

Déserteur des Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) depuis 2012 et recherché depuis, le l’ex-colonel John Tshibangu a été arrêté le 29 janvier 2018 en Tanzanie et extradé le lundi 5 février 2018 vers Kinshasa. Son extradition a été annoncée ce lundi 5 février 2018 par le Ministre de la défense, Crispin Atama à l’agence Reuters.

Selon une source proche du dossier, son lieu de détention précis étant tenu secret, officiellement, il se trouve dans le complexe hôtelier du renseignement militaire. Il lui a été signifié son statut de détenu et devrait se préparer à répondre aux milliers des questions sur sa rébellion, ses démarches, ses contacts politiques, son réseau extérieur, y compris ses connexions avec des groupes islamistes. Notamment des rebelles sud-soudanais, des ex-séléka centrafricains et même des Nigérians de Boko Haram ». Un haut gradé de l’armée affirme que l’ex-colonel des FARDC serait en tout cas depuis ce mardi 6 février à 4h30, aux mains des autorités de la RD Congo et il a déjà été interrogé sommairement une première fois.

L’ex-colonel des Fardc, John Tshibangu

On se souvient qu’après des mois de silence, il est apparu en mi-janvier dernier, dans de vidéos menaçant de chasser le président Joseph Kabila dans les 45 jours, s’il ne demandait pas pardon pour la répression de la marche du 31 décembre.

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), qui s’était opposée à son extradition, dit craindre pour son intégrité physique. Elle se pose autant de questions sur son passage sur rfi : « Est-ce que cet individu va être bien traité ? Est-ce qu’il va avoir un procès équitable ? On s’en inquiète puisque évidemment la pratique de la torture est assez répandue en RDC. Parfois même, des gens disparaissent dans les geôles du régime. »
Thierry Kyalumba, quant à lui, qui se présente comme son directeur de cabinet, demande à ce que les autorités congolaises « le montrent vivant ». Une source proche du dossier répond : « Nous autoriserons un avocat à venir le voir dans nos installations, mais une fois ou deux pas plus, il ne faut pas que cela devienne un lieu de pèlerinage et perturbe l’enquête, sur cette affaire sensible. »

De son côté, le Ministre congolais de la Justice, Alexis Tambwe Mwamba a, en tout cas, promis que John Tshibangu bénéficierait d’un procès équitable.
« Je vous signale que John Tshibangu a été formellement identifié comme Congolais, colonel de son état, même s’il s’est attribué le grade de général. Il a été arrêté à la frontière de la Tanzanie et de notre pays. Conformément à l’accord sur les Etats de la région des Grands Lacs, la Tanzanie a accepté de l’extrader. Il va faire l’objet d’un procès en bonne et due forme. Ce procès sera certainement public, il aura droit à toute la défense qu’il voudra, tous les avocats qu’il voudra engager pour cette procédure. Le moment venu, si sa famille veut le voir, elle sera autorisée à le rencontrer. Je peux vous assurer qu’il ne fera l’objet d’aucun mauvais traitement », a déclaré le Ministre de la Justice.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 2
%d blogueurs aiment cette page :