La semaine mondiale de la lutte contre le cancer 2019 appelle à redoubler d’effort pour combattre la maladie

La semaine mondiale de la lutte contre le cancer 2019 appelle à redoubler d’effort pour combattre la maladie

Les associations de lutte contre le cancer à travers le monde organisent chaque année à partir du 14 mars la semaine nationale de lutte contre le canc

CAN-Cameroun 2019: La RDC s’incline 1-2 face au Zimbabwe à Kinshasa
Pour l’OMS, il est temps de mettre fin à la tuberculose
Diocèse de Goma : Les Journées diocésaines des jeunes ont réuni les Congolais, Rwandais et Burundais

Les associations de lutte contre le cancer à travers le monde organisent chaque année à partir du 14 mars la semaine nationale de lutte contre le cancer. Pour l’année 2019, la semaine se déroulera du 14 au 21 mars.  Les activités de cette semaine sont initiées par la Ligue pour la lutte contre le cancer, malheureusement en RDC il n’existe aucun programme national de lutte contre le cancer.

Logo de la semaine mondiale de lutte contre le cancer

Logo de la semaine mondiale de lutte contre le cancer

En RDC, la plupart des personnes pensent que le domaine du cancer reste pour une certaine classe sociale. Pourtant dans le monde, une femme meurt d’un cancer du sein environ toutes les 53 minutes. Au Congo, jusqu’à présent, il n’existe pas assez de données sur le cancer, une confirmation de Mrs Ambroise Kamukuny, membre de la Fondation  Bomoko, une organisation œuvrant dans la lutte contre le cancer en RDC.

« Le cancer est une maladie des blancs et des riches disent plusieurs Congolais.  C’est pourtant faux ! Il y a des milliers de personnes qui meurent de cancer au Congo, surtout les femmes. Pire encore, notre pays ne dispose pas d’un programme spécifique de lutte contre le cancer.  Il n’existe au Congo, aucune statistique sur des cas précis de malades atteints du cancer. La RDC ne dispose d’aucun programme national d’appui à la lutte contre le cancer. Bien plus, le traitement contre le cancer n’est pas à la portée de toutes les bourses », précise la fondation.

Selon un membre de l’organisation Bomoko, Il y a encore quelques années, le cancer était considéré comme une maladie incurable et les malades qui en étaient atteints se voyaient refuser l’accès aux hôpitaux, car on les considérait comme contagieux. Ce furent des œuvres charitables religieuses, parfois aussi laïques, qui prirent l’initiative de faire quelque chose pour les cancéreux. Elles se contentaient de les héberger, de les nourrir et de les panser, puisqu’il n’existait pratiquement pas de traitement ; mais cela était déjà beaucoup pour ces malheureux abandonnés et rejetés par tous.

À quand un programme national de lutte contre le cancer en RDC ?

La négligence de l’ampleur de cette maladie est plus chronique que la maladie elle-même. Un texte publié sur le site web d’ Habari RDC,  sur la question du temps qu’il faudra pour qu’enfin en RDC, il existe un programme national de lutte contre le cancer pour prévenir du danger qui ne fait que croitre.

« Pourtant, les dernières statistiques mondiales de l’OMS devraient davantage nous interpeller car elles  sont plus qu’alarmantes. Les dernières données mondiales, selon l’OMS, révèlent qu’en 2018, 18,1 millions de nouveaux cas et 9,6  millions de décès dus au cancer ont été enregistrés. D’aucuns peuvent dire que ces données ne sont que des chiffre mais pour les victimes, ce sont des chiffres qui démontrent combien elles sont abandonnées à leur triste sort », dit le texte.

Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :