La pièce « On m’a donné du citron et j’en ai fait de la limonade » présentée au public avec admiration

La pièce « On m’a donné du citron et j’en ai fait de la limonade » présentée au public avec admiration

Dans un spectacle haute en couleurs, le mercredi 06 juin 2018, les amoureux de la culture et à tout le moins du théâtre se sont régalés avec la pr

La promotion du droit des femmes, une lutte de longue haleine pour l’ambassadrice de la Suisse
Fête du livre et invitation à la lecture
Contre vents et marrées, la 4 ème édition de Fickin a vécu…
Photo des acteurs en plein spéctacle décoratif

Photo des acteurs en plein spectacle décoratif

Dans un spectacle haute en couleurs, le mercredi 06 juin 2018, les amoureux de la culture et à tout le moins du théâtre se sont régalés avec la présentation de la pièce de théâtre : « On m’a donné du citron et j’en ai fait de la limonade ».

Une idée de Laetitia Ajanohum et mise en scène par Aminata Abdoulaye, Aurélien Arnoux et Samuel Padolus. Ces acteurs ont fait admirer aux nombreux congolais et expatriés présents dans la petite halle de l’Institut Français de Kinshasa, le goût du théâtre.

Cette pièce inédite, puisée du mythe africain et faisant référence à tous les récits des origines qui racontent d’où vient le monde, qui est homme, qui est femme, qui nous assènent ce qui est bien, ce qui est mal, qui se vantent d’avoir apporté la lumière, d’être issu du feu, de propager l’amour, d’avoir traversé les enfers et de prôner les besoins du peuple, a vite plongé la salle dans l’euphorie de la genèse de l’humanité.

Un récit révolutionnaire, rappelant à la fois les derniers désastres dont le continent africain est confronté notamment l’immigration, des contestations ou des soulèvements populaires, le métissage culturel ainsi que le changement climatique dont le fleuve Niger est voué à disparaitre avec tous ses corollaires.

Attitude gaie du public pendant la présentation

Attitude gaie du public pendant la présentation

Rappelons que les programmes de ce festival se poursuivent  et se déroulent  sur plusieurs sites, à l’instar du Tarmac des Auteurs et chez les Oblats à Kintambo, l’Institut français et le centre Wallonie-Bruxelles à Gombe.

Au regard des objectifs poursuivis par ledit festival, qui  consistent à soutenir la création artistique ; à renforcer l’accès de tous les habitants au théâtre et à la culture ; enfin à sensibiliser les publics, particulièrement les jeunes à la création et aux pratiques artistiques partout dans le pays, un appel mérite d’être lancé à tous les amoureux de culture qui hésitent encore à emboiter le pas, de vite rejoindre le bateau du plaisir et du savoir qu’est le « festival ça se passe à Kin ».

Junior Kitambala

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :