La Monusco sereine face aux menaces des uns et des autres

La Monusco sereine face aux menaces des uns et des autres

Mme Marchal porte-parole de Monusco a répondu ce mercredi 4 juillet 2018 de façon sereine aux questions incisives des professionnels de médias qui ont

JED soutient l’appel du CSAC contre la campagne électorale précoce et les violences verbales dans les médias
Des boutiques des Kasaiens pillés à Kimbanseke après l’élection de Félix Tshisekedi
Le processus électoral : des chiffres vertigineux pour les scrutins du 23 décembre 2018

Mme Marchal porte-parole de Monusco a répondu ce mercredi 4 juillet 2018 de façon sereine aux questions incisives des professionnels de médias qui ont demandé le rôle futur de cette institution onusienne face aux menaces de l’Opposition tentée de ne pas participer aux élections provinciales et à l’attitude obstinée de la Ceni décidée à imposer une machine à voter controversée. Face au pessimisme des professionnels de médias, elle a affirmé que la Monusco ne  spécule pas  sur l’avenir.

 

Mme Florence Marchal

Mme Florence Marchal

Les Partis politiques ont l’habitude de déposer des dossiers en retard, a souligné Mme Marchal. L’officielle onusienne a rejeté l’interprétation des journalistes sur une volonté du Gouvernement d’écarter en douceurs la Monusco des affaires en s’accaparant de la logistique des élections habituellement gérée par les aéronefs des Nations Unies. Mme Marchal assure que ces appareils vont servir à d’autres fins.

La Monusco va réaliser son mandat

 

Mandat Monusco 2018

Mandat Monusco 2018

Mme Marchal est revenue sur le mandat de la MONUSCO et sur le processus politique et électoral en cours en décrivant les bons offices que cette institution mène actuellement avec les autorités congolaises, les parties prenantes nationales ainsi que les partenaires régionaux et internationaux en vue de l’organisation d’élections apaisées, crédibles et inclusives conformément au calendrier électoral publié par la CENI, à l’Accord du 31 décembre 2016 et à la Constitution. Elle rappelle que c’est une mission de bons offices au cours de laquelle la Représentante spéciale transmet régulièrement des messages clés à ses interlocuteurs comme entre autres la nécessité de la mise en œuvre intégrale et de bonne foi des mesures de décrispation prévues dans l’Accord du 31 décembre 2016 et du respect des droits de l’homme pour tous, tels que garantis par la Constitution, notamment les libertés d’opinion, d’expression, de manifestation pacifique, de réunion et d’association, ceci afin d’ouvrir l’espace démocratique.

Mme Marchal a souligné que Mme Zerrougui insiste sur le fait que les élections ne sont pas une fin en soi mais un moyen et que l’indépendance de toutes les institutions étatiques impliquées dans les élections est nécessaire pour garantir la confiance des Congolais dans le processus en cours. « En cette période, dit-elle, le rôle de la Représentante spéciale est de rapprocher les points de vue et de rétablir la confiance entre tous les acteurs pour aboutir à un consensus. C’est avoir une influence positive en aidant les Congolais à dépasser leurs contradictions et à s’inscrire dans une démarche constructive ».

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :