La MONUSCO appelle au droit de manifester dans le calme et la retenue

La MONUSCO appelle au droit de manifester dans le calme et la retenue

Kinshasa, 14 novembre 2017 – Au moment où plusieurs organisations politiques et de la société civile appellent à des manifestations sur l’ensemble du

Deux stratégies onusiennes : réponses musclées et incitations aux rapprochements communautaires
Jean-Pierre Lacroix des Nations Unies encourage les militaires du contingent tanzanien dans leur mission
La CENCO prie Madame Zerrougui d’appuyer de manière effective et sans relâche le processus électoral en RDC

Kinshasa, 14 novembre 2017 – Au moment où plusieurs organisations politiques et de la société civile appellent à des manifestations sur l’ensemble du territoire de la République démocratique du Congo à partir de 15 novembre, la Mission de de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) réitère son attachement au respect des droits de l’homme et à l’expression pacifique des opinions.

Monusco logo

Monusco logo

La Mission exhorte ainsi les autorités congolaises à respecter les libertés fondamentales telles que stipulées dans la Constitution congolaise, dont la liberté de réunion et de manifestation, et à instruire les forces de défense et de sécurité à respecter les principes de nécessité, proportionnalité et légalité, conformément aux normes internationales.

La MONUSCO rappelle également aux citoyens que le droit de manifester implique de s’abstenir de recourir à la violence sous toutes ses formes.

« Dans le contexte actuel de transition politique, il est important que toutes les voix puissent s’exprimer dans le calme et de façon pacifique. Conformément à son mandat, la MONUSCO se réserve le droit d’observer les événements et de rapporter d’éventuelles violations des droits de l’homme » a déclaré Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo et chef de la MONUSCO.

Maman Sidikou souligne également que la mise en œuvre intégrale des mesures de confiance prévues dans l’Accord du 31 décembre 2016 est nécessaire afin de conduire la République démocratique du Congo vers des élections libres, transparentes et apaisées.

Texte repris de la MONUSCO ce 14 octobre 2017

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :