La marche du Rassemblement de l’opposition se mue en une journée ville morte

La marche du Rassemblement de l’opposition se mue en une journée ville morte

L’appel du Rassemblement de Limete à manifester ce mardi 19 décembre 2017  pour réclamer la tenue des élections « conformément à l'accord de la Sa

Des jeunes ont effectué un concours le dimanche 04 février 2018 dans le cadre de la réforme de l’administration publique
La population invite les ministres à ne plus prendre des décisions qui restent des lettres mortes
Père Crispin Mbala : Les institutions de l’Eglise Catholique sont le fruit de la foi, s’y attaquer ne peut être inspiré que par un démon
Rue déserrte

Une avenue de Kinshasa (photo d’archives)

L’appel du Rassemblement de Limete à manifester ce mardi 19 décembre 2017  pour réclamer la tenue des élections « conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre », avant fin 2017 donc, et non pas en 2018, comme le prévoit le calendrier publié en novembre par la Commission électorale, la Céni,  s’est soldé en une journée ville morte à travers toute la ville de Kinshasa.

Dans un courrier, le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, en déplacement à Goma où il prend part à la 6ème conférence des gouverneurs de la RDC, a  expliqué  que les revendications de l’opposition sont pour ainsi dire caduques dans la mesure où « la CENI a déjà fixé l’opinion nationale et internationale sur la publication du calendrier électoral ». « Autrement dit, continuer de réclamer des élections fin 2017,                        alors que l’Eglise et la communauté internationale se sont ralliées – avec des réserves – au calendrier de la Céni, serait anachronique ».

La nouvelle de l’interdiction de cette marche est tombée lundi 18 décembre tard dans la soirée suivie des communiqués de la police, qui à son tour promettait en cette même occasion d’empêcher toutes les manifestations mais sans « utiliser la force létale ».

Présence policière impressionnante dans les coins stratégiques de Kinshasa

La ville de Kinshasa s’est réveillée au rythme d’une journée ville morte. Magasins et boutiques fermés, des rues et des grandes artères quasiment dessertes, plusieurs écoles de la capitale étaient déjà fermées ce lundi, en vacances anticipées et un déploiement policier remarquable dans les lieux dits stratégiques de Kinshasa. De la commune de Ngaba, via Lemba Super en passant par la place Échangeur de Limete jusqu’à la 7ème rue Limete, que notre rédaction a parcouru, c’est le silence du cimetière. Le constat fait est celui d’une forte présence policière, aux allures d’un Etat d’urgence.

De nombreux observateurs s’interrogent sur la fin de ce bras de fer qui s’engage délibérément entre le pouvoir en place et l’opposition politique et estiment que ce genre d’attitude ne favorise pas un climat de confiance en cette période pré-électorale. L’interdiction d’une marche aurait du se faire au minimum 72 heures avant sa tenue et non la veille.

Junior Kitambala (stagiaire)

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :