La firme Huawei en délicatesse avec les USA, bien ancrée en Afrique

La firme Huawei en délicatesse aux États-Unis et chez les alliés face au bannissement de leur matériel mais bien ancrée  en Afrique et en RDC. Le

Le Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar a fêté ses 50 ans à Kampala
Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo a été libérée après 7 ans de détention
Crise migratoire: le révérend père Pierre Tshisuaka invite l’Afrique à revaloriser le christianisme pour une humanité sans racisme

La firme Huawei en délicatesse aux États-Unis et chez les alliés face au bannissement de leur matériel mais bien ancrée  en Afrique et en RDC.

Firme Huawei équipement 2018

Firme Huawei équipement 2018

Les États-Unis ont accusé les groupes chinois, ZTE et Huawei, fabricant des téléphones et équipementiers dans le secteur de la télécommunication d’autoriser le gouvernement chinois à utiliser leurs appareils pour exploiter des données sensibles afin d’espionner les intérêts américains.

Ce conflit risque de provoquer des retombées néfastes en Afrique et particulièrement en République Démocratique du Congo bénéficiaires de la technologie chinoise. Des pays africains sont en danger de subir par ricochet des sanctions américaines car en relation d’affaires avec les Orientaux

Afrique et RDC trop en retard technologique pour être touchées

Une source proche des opérateurs nationaux congolais de la télécommunication tend à relativiser ce danger à savoir que les sanctions concernent principalement des pays utilisateurs de la 5 G. La RDC, notre pays, est loin d’être à ce niveau d’avancée technologique. Les opérateurs nationaux de télécommunication viennent d’acquérir récemment la licence pour la 4 G. La même source souligne que la présence des équipements des entreprises chinoises au niveau de la technologie 3 G et/ ou 4 G se cantonne au niveau des périphériques principalement des antennes relais n’ayant que très peu d’impact sur les enjeux sécuritaires

Matériels chinois intéressants aux meilleurs rapports couts/qualités pour l’Afrique

Fibre Optique RDC

Fibre Optique RDC

« Nous ne pensons pas que les gouvernements africains s’inclineront devant la pression des États-Unis pour tenir les acteurs chinois des télécoms à l’écart de tout déploiement potentiel 5G ou de mise à niveau du réseau 4G. Les opérateurs africains voudront réduire les coûts de la 5G, et l’un des aspects consiste à adopter des équipements de télécommunication chinois abordables », a déclaré Kenny Liew de Fitch Solutions au Financial Times De plus un rapport de McKinsey sur les investissements chinois en Afrique publié en juin de l’année dernière indique que les géants des télécommunications chinois Huawei et ZTE ont construit la plupart des infrastructures de télécommunications en Afrique », De la Tanzanie à l’Ouganda, en passant par le Kenya, le Nigeria, le Ghana et la Zambie, les deux équipementiers, avec l’appui de Beijing, ont mis en place plus de 50 réseaux de télécoms de troisième génération (3G) dans plus de 36 pays africains. La RDC a bénéficié de la technologie de Huawei pour la fibre optique posée entre Muanda et Kinshasa.

A l’origine de la guerre économique feutrée USA Chine

L’arrestation d’un haut cadre de Huawei dans le cadre de la coopération judiciaire entre les USA et le Canada, ce dernier a exécuté une demande des autorités judiciaires américaines. Cette arrestation a eu comme effets de provoquer une mini onde de choc auprès de sociétés de télécommunication. préférant anticiper les sanctions américaines sur la firme Huawei, Les États-Unis ont vivement demandé aux pays allies de ne pas utiliser les matériels des équipementiers chinois au regard de risque sécuritaire. Dans la foulée quelques sociétés de télécommunication des pays alliés ayant des filiales en Afrique dont BRITISH GROUP ont annoncé le retrait des équipements de la firme chinoises de leur réseaux ou encore la société Orange, anciennement France Telecom, a annoncé ne pas vouloir utiliser le matériel Huawei pour la 5G. L’Australie et le Japon ont déjà annoncé être sur le point de bannir l’utilisation de ce matériel provenant des sociétés chinoises tandis qu’Allemagne indique attendre de faits probants incriminant lesdites sociétés pour le bannir.

Aldo Kamwanga, pigiste

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :