La désignation des responsables locaux suscite des agitations au sein de la coalition au pouvoir

La désignation des responsables locaux suscite des agitations au sein de la coalition au pouvoir

La désignation des maires, des bourgmestres, des administrateurs de territoire et autres chefs coutumiers par de gouverneurs de certaines provinces cr

Du binz entre FCC et CACH
Sans informateur, Tshisekedi et Kabila pour une coalition gouvernementale
FCC et CACH : La guerre des ondes entre Lambert Mende et Baudouin Mayo

La désignation des maires, des bourgmestres, des administrateurs de territoire et autres chefs coutumiers par de gouverneurs de certaines provinces crée des désaccords entre le FCC et le CACH, coalition au pouvoir. Et, de voix s’élèvent de partout protestant contre des arrêtés de gouverneurs que l’on qualifie de faux pour la majorité et de vrais pour la minorité. Ces nominations créent de remue-ménage au sein de la coalition.

 Tshisekedi et Kabila, une coalition au pouvoir

Quand le vice-Premier ministre de l’Intérieur a, le 3 octobre dernier, saisi l’ensemble des gouverneurs les invitant, « impérativement et toutes affaires cessantes », à suspendre toute décision de nomination, la crise semble éclaté. Les gouverneurs de Kinshasa et de la Tshuapa refusent ouvertement l’injonction de leur chef hiérarchique.

Les deux gouverneurs semblent ne pas reconnaître l’autorité du vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur en lui adressant un courrier dans lequel, ils renvoient toute discussion à la prochaine conférence des gouverneurs. Ce qui étonne, les deux gouverneurs et le vice-Premier ministre sont du FCC, regroupement politique de l’ancien chef de l’Etat, Joseph Kabila.

Selon ce qui est convenu entre les deux hommes de la coalition au pouvoir, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi et son prédécesseur, les négociations doivent se faire sur toutes nominations. Pour ce cas d’espèce, des nominations se sont faites sans concertation entre le nouveau et l’ancien présidents.

Depuis 2006 à aujourd’hui, les élections locales ne sont jamais prises en compte par les dirigeants au pouvoir. Une fois au sommet de l’Etat, on oublie les obligations de la Constitution et, d’ « éminents » professeurs d’universités soutiennent l’inconstitutionnalité initiées par les moins doués et outillés en la matière. Félix Tshisekedi doit faire la différence entre lui et son prédécesseur, en organisant les élections locales et municipales pour mettre fin aux nominations non recommandées par la loi fondamentale.

Il sied de signaler que la désignation des mandataires dans les entreprises publiques de l’Etat a été aussi au centre de discussion, lors de la dernière rencontre entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Les carottes seraient déjà au feu et on attend qu’elles soient cuites.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :