La convocation de l’électorat le 23 juin conduit la RDC dans une période cruciale

La convocation de l’électorat le 23 juin conduit la RDC dans une période cruciale

Des effets dévastateurs de la crise congolaise se font sentir dans tous les secteurs de la vie nationale.  Ce pays qui possède pourtant un extraordina

Moïse Katumbi catégorique : « Je viens déposer ma candidature à la présidentielle vers fin juillet ou début août »
Machine à voter : La guerre des ondes entre la Corée du Sud et la CENI, la MP et la l’Opposition
Elections des gouverneurs à deux tours : entre liesse et récriminations

Des effets dévastateurs de la crise congolaise se font sentir dans tous les secteurs de la vie nationale.  Ce pays qui possède pourtant un extraordinaire potentiel de développement naturel et humain, accuse des lourds handicaps politiques, économiques et sociaux. Le processus de démocratisation déclenché avait pourtant avancé mais, il a pris un recul. Pourtant, la nécessité de sortie de cette crise se profile à l’horizon: l’organisation des élections crédibles, transparentes et indépendantes par la Commission électorale nationale indépendante ‘Céni) à la date prévue par la Constitution, le 23 décembre 2018.

Nangaa expérimentant la machine à voter

Après la promulgation, le 08 mai dernier, de la loi sur la séparation des sièges selon l’article 140 de la Constitution, la mise à jour du logiciel d’inscription des candidats et de test pilote de son fonctionnement ainsi que la mise en place du dispositif de transmission, du 09 au 10 juin, la CENI se trouve à l’étape de conditionnement du matériel et des équipements de travail des Bureaux de Réception et de Traitement  de Candidature (BRTC). Selon le calendrier électoral de la CENI, l’opération devait commencer le 19 mai pour  s’achever le 05 juin 2018, soit 18 jours.

Puisqu’il s’agit du respect du calendrier électoral tel que publié par la CENI, cette institution d’appui à la démocratie devait déjà commencer, depuis le 27 mai dernier l’impression, le déploiement et l’affichage des listes électorales provisoires et définitives. Etant donné que l’opération va s’étendre sur 195 jours, soit jusqu’au 07 décembre 2018, on espère encore à une éventuelle commande de ces imprimés de valeur à l’Hôtel des monnaies.

La crainte gagne certains milieux qui ne croient pas à la machine à voter « contestée » et qui est appelée à remplacer les bulletins de vote traditionnels réclamés par l’opposition, la société civile, les mouvements citoyens et la majorité de la population. Alors que dans cinq jours, soit du 06 au 22 juin prochain, la CENI procédera à la formation des agents, au déploiement du matériel et à l’aménagement des Bureaux de Réception et de traitement de candidature, dont l’opération va durer 17 jours, les électeurs congolais ne sont pas encore fixés sur le mode de vote.

Selon l’article 11 de la loi électorale, toutes ces étapes précèdent la convocation de l’électorat le 23 juin 2018. Et, un jour après, du 24 juin au 08 juillet, soit 15 jours, la RDC va entrer dans une période cruciale par l’ouverture des BRTC pour l’actualisation des candidatures des députés provinciaux. Les candidats députés provinciaux vont procéder au retrait des formulaires, dépôt et traitement de leurs dossiers, afin de remplacer leurs prédécesseurs qui ont fait deux mandats et demi, soit 12 ans à l’Assemblée provinciale, alors qu’ils étaient élus pour un mandat de 5 ans.

En attendant, des voix s’élèvent pour demander à la CENI et au gouvernement de rembourser aux candidats députés provinciaux leurs 5.000$ de caution pour  des élections non tenues.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :