La CENI est loin de rencontrer les attentes de la CENCO sur la machine à voter

La CENI est loin de rencontrer les attentes de la CENCO sur la machine à voter

Beaucoup d’encre et d’eau continuent à couler au pays comme à l’extérieur au sujet de la machine à voter que la Commission électorale nationale du Con

L’abbé Donatien Nshole : « Je demanderais aux amis de la CENI de considérer l’enjeu de leur travail par rapport à la population… »
Le CIAM-Afrique satisfait de la conférence-débat qu’il a récemment organisé à St Joseph
Au Canada, la CENCO a plaidé pour un accompagnement de la RDC par la communauté internationale

Beaucoup d’encre et d’eau continuent à couler au pays comme à l’extérieur au sujet de la machine à voter que la Commission électorale nationale du Congo (CENI) propose à la population pour les élections de décembre 2018.

Malgré les remarques des uns et des autres, la CENI demeure imperturbable, elle tient mordicus à faire usage de cet instrument que bien des partis politiques ont décrié.

Dans leur déclaration rendue publique à l’issue de l’Assemblée plénière extraordinaire du 15 au 17 février 2018,  les Evêques catholiques de la RDC avaient mentionné, parmi leurs constats douloureux de ce qui se passe au pays, la polémique autour de la machine à voter.

« Nous sommes perplexes du fait que le projet de la machine à voter lancé par la CENI ne fait pas l’unanimité de la classe politique et ne rassure pas la population. Ce fait augure la contestation des résultats », avaient écrits les prélats catholiques

Ils ne s’étaient pas arrêtés là. Ils ont fait une recommandation à la CENI : La CENCO invite la CENI à lever l’équivoque et les suspicions autour de la machine à voter en acceptant sa certification par des experts nationaux et internationaux.

La certification par les experts nationaux et internationaux n’ayant pas eu lieu, il sied de constater qu’aujourd’hui, la machine à voter ne fait toujours  pas l’unanimité de la classe politique et ne rassure guère la population malgré la sensibilisation que réalise la CENI. Même la commission électorale du pays où est fabriquée cette machine à voter a exprimé ses inquiétudes sur l’introduction de l’appareil en RDC.

Ce que redoutent les Evêques, la contestation des résultats du vote, risque de se produire. Déjà, les leaders de certains partis politiques qui ont pignon sur rue ont déjà déclaré qu’ils n’iront pas aux élections avec la machine à voter ou qu’ils vont contester les résultats des scrutins du 23 décembre 2018.

Ils n’ont pas tort. Et la CENI a intérêt à éviter au pays une telle situation en amont. Et il n’est peut-être pas tard pour le faire.

Dans leur message rappelé ci-haut les Evêques ont, dans leur conclusion, écrit : La République Démocratique du Congo appartient à tous ses filles et fils ; c’est un droit et un devoir de tous de combattre tout ce qui peut hypothéquer son avenir. A dix mois des scrutins, nous en appelons, une fois de plus, à la responsabilité des personnes et des institutions chargées de la préparation et de l’organisation des élections pour l’intérêt supérieur de la Nation.

Jean-René Bompolonga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :