La CENCO déplore les déclarations de certains ténors de la MP qui évoquent la possibilité d’un autre mandat de Joseph Kabila

La CENCO déplore les déclarations de certains ténors de la MP qui évoquent la possibilité d’un autre mandat de Joseph Kabila

A un mois du dépôt des candidatures pour la députation provinciale et à deux mois du dépôt des candidatures pour la députation nationale et la prési

Processus électoral : La SADC a consulté la CENCO
08 mars 2018 : Les femmes de la Cenco sont appelées à dépasser la dimension émotionnelle pour se mettre en valeur
Evaluation de la CENCO sur l’état du processus électoral en RDC
L'abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO

L’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO

A un mois du dépôt des candidatures pour la députation provinciale et à deux mois du dépôt des candidatures pour la députation nationale et la présidence de la République, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) par le biais de son Secrétariat Général, a appelé les différentes parties prenantes à un sens élevé de responsabilité pour ne pas manquer le rendez-vous historique et salutaire pour pays à travers la tenue des élections crédibles, transparentes et inclusives le 23 décembre 2018.

C’est ce qui ressort de la conférence de presse tenue ce jeudi 24 mai 2018 au centre interdiocésain de Kinshasa par le Secrétaire Général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole.

Si la CENCO se réjouit du respect, jusque-là, des grandes étapes du calendrier électoral et des déclarations de la CENI et du Gouvernement rassurant la tenue des trois scrutins (présidentiel, législatif national et provincial) le 23 décembre 2018, en même temps, elle très préoccupée par « l’inertie dans la mise en œuvre de certaines dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016, considérées comme des préalables nécessaires  à la bonne organisation des élections, et par des déclarations de certains acteurs politiques qui nous éloignent davantage de la Constitution et de l’Accord de la Saint Sylvestre, unique feuille de route pour sortir pacifiquement le pays de la crise ».

Pour la CENCO, un possible mandat de l’actuel Président de la République « est un grand mépris de notre chère Constitution et de l’Accord de la Saint Sylvestre qui est clair à ce sujet ».

Et d’ajouter que « ces propos, motivés par les intérêts de leurs auteurs et non du Chef de l’Etat qui ne gagnera pas à être responsable de l’embrasement du pays, doivent être déconseillés par ceux qui aiment le Congo car, ils peuvent facilement déboucher sur des situations de violence préjudiciables pour la paix et la stabilité de la RDC et de toute la sous-région », s’inquiète la CENCO.

Une attitude de la presse tant nationale qu'internationale pendant la conférence

Une attitude de la presse tant nationale qu’internationale pendant la conférence

Outre cet aspect, la CENCO a fait savoir ses inquiétudes sur plusieurs points dudit Accord qui souffrent d’application jusqu’à ces jours, notamment, les mesures de décrispation surtout pour le cas  emblématiques, le non-respect des libertés de manifestations publiques, la désignation des nouveaux membres du Conseil Supérieur de l’Audio-visuel et de la Communication (CSAC), et recommande « une correction de la liste des partis et regroupements politiques publiés par le journal officiel le 11 mai dernier et souhaite vivement que les travaux de la certification des machines à voter qui devraient être faits avec l’appui de la Grande Bretagne puissent être conclus avant la fin du mois de juillet ».

Enfin, la CENCO prend à témoin le peuple congolais face aux déclarations solennelles du Gouvernement de disposer des moyens nécessaires pour financer seul les élections. « Les raisons financières ne devraient donc pas être évoquées pour justifier un éventuel report des élections », avertit la CENCO.

Junior Kitambala

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :