La Bralima se sépare à l’amiable avec ses agents

La Bralima se sépare à l’amiable avec ses agents

La société brassicole Bralima procède depuis un certain temps au licenciement de ses agents de Kinshasa. Dans un mémorandum daté du 11 octobre 2017 et

Cinq jours d’échec d’éradication des emballages en plastique à Kinshasa et début prometteur à Lubumbashi.
1er mars : L’Ucofem dans un marathon des femmes des médias avec leurs confrères pour l’égalité des chances
Pax Christi International sensibilise des jeunes de Sainte Catherine sur la non violence

La société brassicole Bralima procède depuis un certain temps au licenciement de ses agents de Kinshasa. Dans un mémorandum daté du 11 octobre 2017 et adressé au personnel, la direction générale de l’entreprise a fait savoir que cette mesure est prise suite au contexte économique difficile dans lequel l’entreprise évolue depuis quelques années.

les agents de la Bralima

Les agents dans l’enceinte de la concession Bralima

Cette société brassicole a opté pour une séparation à l’amiable avec ses agents. Néanmoins, dans son mémo, l’entreprise indique que les agents qui seront affectés vont bénéficier d’un traitement digne.

Le contexte économique difficile mentionné dans le mémorandum de la direction de la Bralima évoque la difficulté que connait la société depuis 2013 avec l’augmentation des droits d’accises de plus de 50%. Un impôt indirect dû sur la consommation.  Le document fait également mention de l’augmentation des tarifs de consommation d’eau et d’électricité de plus de 20 %. Ajouter à cela l’inflation galopante et la dépréciation du franc congolais. Voila le tableau que décrit une société qui évolue depuis plus de 90 ans en Rdc.

La désolation

Le nombre des agents concerné reste inconnu. Selon un agent, personne ne sait s’il part ou il reste.  » C’est la désolation au sein de l’entreprise, nous sommes dans le qui vive… La direction contacte individuellement les agents par téléphone, échange avec les concernés sur la situation que traverse l’entreprise et 48 heures après, ils reçoivent leurs lettres de fin de service et le décompte final », confie-t-il.

Ainsi donc, par cette restructuration, la direction entend focaliser ses efforts sur son métier de brasseur pour une optimisation de sa capacité de production et de distribution. Cette décision a pour conséquence première, la suppression de certains postes, qui mettra carrément fin à la carrière de quelques agents. Mais leur nombre n’a pas été déterminé.

Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :