La 8ème édition du Festival international de théâtre « Ça se passe à Kin » démarre ce vendredi 1er juin 2018

La 8ème édition du Festival international de théâtre « Ça se passe à Kin »  démarre ce vendredi 1er juin 2018

Les amoureux du théâtre en particulier et de la culture en général vont bien se régaler pendant une semaine avec le Festival international de théâtre

Mme Leila Zerrougui regrette les deux morts de la marche du 25 février 2018
La paroisse saint Mukasa a fêté ses 40 ans d’anniversaire le dimanche 4 février 2018
Avatar du processus électoral 2018 la double nationalité en discussion à la Cour Constitutionnelle

Les amoureux du théâtre en particulier et de la culture en général vont bien se régaler pendant une semaine avec le Festival international de théâtre « Ça se passe à Kin » qui démarre ce vendredi 1er juin 2018 pour se clôturer le 8 juin. Le directeur artistique Israël Tshipamba a annoncé ce mardi 29 mai 2018 à la Halle de la Gombe la tenue de la 8ème édition de cette activité culturelle.

Organisé depuis 2010, le festival se déroulera sur plusieurs sites. Israël Tshipamba a cité le Tarmac des Auteurs et chez les Oblats à Kintambo, l’Institut français et le centre Wallonie-Bruxelles à Gombe.

Plusieurs metteurs en scène, comédiens et artistes étrangers et congolais prendront part à ces présentations théâtrales. Lors de la conférence de presse, le directeur artistique congolais était entouré par Aminata Abdoulaye, Laetitia Ajanohun, Philip Boulay, l’artiste musicien Pierre-Jean Rigal. Il convient de citer aussi Samuel Pasquier de l’Institut français.

Plusieurs pièces théâtrales seront présentées au public. Dans la foulée, nous pouvons citer « Mokusatsu » du jeune auteur congolais Merdi Mukore. Une pièce mise en scène par la belgo-béninoise Laetitia Ajanohun. Le mot « Mokusatsu », vient du japonais, a indiqué l’auteur Mukore, et signifierait à la fois le silence et le mépris. En résumé, l’auteur conseille aux uns et aux autres, quand on perd le pouvoir, il faut juste savoir attendre le bon moment pour le récupérer.

Il y a aussi « La dernière nuit du Guide », pièce écrite par Yasmina Khadra, adaptée et mise en scène par Roland Mahauden et Israël Tshipamba. Une œuvre qui relate les derniers moments du guide libyen Mouammar Kadhafi. C’est un spectacle à voir absolument car il est joué en mode « Je ».

Les autres pièces ont pour titres « Datcha-Congo », « Le jour du massacre », « Celui qui se moque du crocodile n’a pas traversé la rivière », « On m’a donné du citron et j’en ai fait de la limonade », « Monsieur Ki », « Les bonnes », « Stabat mater furiosa » et « Costume ou demi Dakar »

Durant le festival, il y aura, certes, des spectacles, des lectures et des rencontres professionnelles, mais également des rencontres dramaturgiques,  des ateliers de mise en scène et de jeu d’acteur. Une rencontre dramaturgique à ne pas rater est celle du « Fossoyeur ». Elle sera centrée sur un texte écrit par Yoka Lye Mudaba et mise en lecture par Criss Niangouna, qui se rapporte à la journée du 4 juin 1969. Cette journée a vu les étudiants zaïrois de l’époque se mobilier contre le pouvoir de Mobutu Sese Seko. L’auteur est l’un des rescapés de cet événement qui a vu la disparition de nombreux étudiants zaïrois. Il y aura des ateliers dont deux seront animés par Laetitia Ajanohun et la nigérienne Aminata Abdoulaye.

Pour l’initiateur de ce festival, Israël Tshipamba, ce festival est une prise des risques pour la simple raison que le public sera amené à suivre des pièces qui sont en création, que l’organisateur n’a pas suivi la préparation. C’est là l’intérêt de ce festival, permettre de palper du doigt le savoir faire des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens dans une pièce en gestation ou à peine créée.

Rappelons que les objectifs du festival consistent à soutenir la création artistique ; à renforcer l’accès de tous les habitants au théâtre et à la culture ; enfin à sensibiliser les publics, particulièrement les jeunes à la création et aux pratiques artistiques partout dans le pays.

JRB

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :