La 5ème édition du Festival Amani a été une réussite, malgré l’enlèvement de Black Man Bausi à Goma

La 5ème édition du Festival Amani a été une réussite, malgré l’enlèvement de Black Man Bausi à Goma

La 5è édition du festival Amani s’est tenue à Goma durant trois jours et la ville volcanique a vibré au son du rock, du rap, des tambours du Burundi,

Chez Luzolo Bambi, le PCA de la SOCODA, Kiamwangana Mateta sort victorieux devant Maïka Munan
La Fondation T. Luhaka honore André Lufwa : Quatre monuments en bronze exposés sur le boulevard Tshatshi
Le patriarche Abraham Hebanckson : « Le vainqueur de tout le temps » bientôt pour vaincre

La 5è édition du festival Amani s’est tenue à Goma durant trois jours et la ville volcanique a vibré au son du rock, du rap, des tambours du Burundi, des instruments traditionnels du Nord-Kivu à la grande satisfaction d’environ 30.000 spectateurs, exclusivement des jeunes. La réussite de cette édition montre comment Amani s’impose comme le plus important des festivals d’Afrique centrale. Les artistes, se présentant sur trois podiums, étaient venus du Burundi, du Rwanda et même d’Ouganda, récoltant tous le même accueil enthousiaste.

Spectacle devant un public incomensurable

Cette 5è édition qui s’est déroulée sur la pelouse du collège Mwanga, au bord du lac Kivu et au pied du volcan Nyiragongo qui gronde dans la nuit, a fait sauter, lever les bras et crier tous ensemble qu’ils veulent chanter et danser pour le changement, pour la paix au prix modique de un dollar par jour. Amani a pulvérisé les records d’audience grâce à des vedettes régionales comme les Rwandais Angel Mutoni et Kode, et des stars africaines comme Teme Tan et Ferre Gola.

Cependant, d’année en année, Amani ne se contente plus d’être un

La musique traditionnelle était au rendez-vous

spectacle tonique, une bouffée d’espoir dans cette partie de la RD Congo toujours instable, le festival donne aussi des perspectives aux jeunes, récompense les plus entreprenants. C’est ainsi qu’un jeune musicien de la ville, René Byamungu, qui avait suivi les masters classes données par quelques stars, a pu se qualifier pour « The Voice Afrique ». Des jeunes entrepreneurs se voient chaque année récompensés pour leurs innovations, comme Kivu Green qui a mis au point une application qui devrait permettre aux agriculteurs de la région d’être connectés au marché et de connaître, au jour le jour, l’évolution des prix et surtout celle de l’offre et de la demande.

L’artiste français Dub INC était présent avec son groupe

La politique étant interdite dans l’enceinte, les tensions politiques de l’heure n’ont pas eu d’influence sur le déroulement du festival. Sauf une note d’inquiétude à propos du sort d’un chanteur bien connu dans la ville, Black Man Bausi. « Lauréat d’un précédent festival, Bausi n’était pas participant à cette 5è édition, mais avait composé un rap au titre provocateur, «Dégage »…C’en était déjà trop pour les autorités ultra sensibles, et au début du weekend, Black Man disparut mystérieusement, ce qui inquiéta sérieusement ses compatriotes de Goma. Le chanteur réapparu trois jours plus tard du côté de Munigi et expliqua qu’il avait été enlevé par des inconnus et sérieusement passé à tabac. Ce qui rappela à tous qu’au Congo, la politique n’est jamais loin… », précise le carnet de notre consœur Colette Braeckman.

L’artiste s’exprime au nom de la paix

Selon rfi, Black Man et Archip Roméo ont été disparus depuis jeudi soir et retrouvés lundi matin 12 février très tôt, en périphérie de Goma. « Les gens qui l’auraient trouvé ont dit que Black Man criait pour être secouru. Il était tout nu, les yeux bandés, la bouche aussi et les jambes. Il a crié au secours… La bouche était bandée, mais il a utilisé ses dents pour que la voix puisse sortir. Black Man a été conduit à l’hôpital où il a été admis en soins intensifs. Sa situation est critique », raconte Remy Changa, frère ainé de Black Man Bausi.

Le dernier jour en effet, alors que Chameleon était bien campé sur la tribune, acclamé par un public immense, le vent s’est soudain levé, accompagné d’une pluie diluvienne qui a fait fuir les plus prudents. Mais la clémence du ciel a afin épargné de ses foudres le Collège Mwanga et permettant à l’artiste de poursuivre sa prestation au village associatif, où des dizaines d’associations actives dans la région montrent leurs activités, son prix de l’entrepreneuriat, ses quatre scènes vibrantes de musique et sa pelouse labourée par des spectateurs enthousiastes. Amani a vécu. Une fois de plus, l’initiateur du projet, Eric de Lamotte put se dire heureux et soulagé : pas d’incident majeur, seulement le bonheur d’être ensemble.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :