Kinshasa sous tension, bientôt les résultats du scrutin

Kinshasa sous tension, bientôt les résultats du scrutin

Les résultats de l'élection du Président de la République sont maintenant très attendus par les électeurs congolais qui ont porté leur choix sur le ca

Processus électoral : Le calendrier des élections directes et indirectes pour  le Mai-Ndombe et le Nord-Kivu publié
Processus électoral, repérage des Bureaux de vote en marche
La CENI expérimente la machine à voter devant les journalistes

Les résultats de l’élection du Président de la République sont maintenant très attendus par les électeurs congolais qui ont porté leur choix sur le candidat estimé crédible pour sortir le pays dans le gouffre dont il se trouve depuis des années. La Céni qui a la compétence exclusive d’en publier les résultats et d’assurer la régularité des scrutins se trouvait, depuis dimanche passé, à 53% de compilation des résultats. Depuis mardi dans l’après-midi, la ville province de Kinshasa était réduite en silence et le mercredi matin, le centre-ville tournait au ralenti. Malgré ce climat maussade, il y a eu plus de peur que de mal.

Les candidats à la présidentielle du 23 novembre 2018

Quand ces résultats seront-ils connus du public ?
La journée électorale s’est déroulée dans de bonnes conditions démocratiques, même si la logistique d’organisation était loin d’être parfaite, privant ainsi beaucoup d’entre nous de leur droit de vote. Mais au final, l’élection a été propre, mais on veut la rendre impropre. Si les résultats à proclamer sont tels que le peuple a exprimé dans les urnes, c’est pour nous tous une vraie fierté. Car, même à la cité, loin de la Céni, les électeurs qui ont voté savent sur qui leur volonté a été exprimée.
Pour ce scrutin inédit, les congolais étaient beaucoup plus décisifs à participer et à mettre un point d’honneur à ce vote. Chaque congolais aurait à choisir, à l’occasion de ce vote, une personnalité et une ligne politique afin que la RDC ressuscite de sa mort économique, politique, sociale et éducative.

Les atouts de chaque candidat

Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC 

Shadary a été préparé par Joseph Kabila pour son parcours personnel : député, président de groupe parlement à l’Assemblée nationale, ministre de l’Intérieur, secrétaire permanent du PPRD. L’homme a été imposé par l’autorité morale du FCC pour le remplacer à la tête du pays.

Félix Tshisekedi est plébiscité par son parti politique UDPS, tout en profitant de la popularité de son défunt père, Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui a exercé la difficile fonction de la figure emblématique de l’opposition congolaise.

Martin Fayulu, sondage après sondage, il fait partie des trois personnes qui incarnent le leadership des 21 candidats à la présidentielle. Personne ne l’a cru, sauf lui-même, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, ses deux parrains. Grâce à la popularité de ses parrains et leur renommée l’ont rendu très célèbre.

Martin Fayulu Madidi, candidat de Lamuka

Dans le cas général, les uns comme les autres se minimisent en disant : « Celui-ci n’a aucune expérience gouvernementale et sa notoriété auprès de l’opinion publique nationale est quasi-nulle. Les uns ont réfléchi à deux fois avec leur base avant de confier le poste de candidat à la présidentielle à une personnalité expérimentée ou inexpérimentée et quasi-inconnue », nous dit un ancien politicien dont l’âge est très avancé.

Dans notre contexte politique national, marqué par la défiance citoyenne vis-à-vis des élus, il est légitime que les électeurs fassent aussi leur choix sur la clarté des pratiques politiques de chaque candidat. Dans ce domaine, chaque candidat ne peut qu’offrir de réelles garanties, pour ce tour unique de scrutin présidentiel qui est surtout celui du choix d’un projet politique entre deux propositions diamétralement opposées.

Felix Tshisekedi Tshilombo, candidat du Cach

Les uns comme les autres proposent de faire de la RDC  un pays émergeant, à restaurer l’autorité de l’Etat, à rétablir la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, et patati et patata…. Ce sont de belles paroles douces à nos oreilles. Mais en fait, la ligne proposée est, encore et toujours, celle de l’obsession présidentielle et de l’aventure personnelle. Une ligne politique qui semble être illusoire car, nous l’avons déjà suivi dans le passé et l’échec collectif dont nous avons eu le plus grand mal à nous relever aujourd’hui.

Le peuple congolais veut un président qui fera de la RDC le moteur d’une Afrique de l’harmonisation sociale et fiscale ; celui qui réformera en profondeur ses institutions pour en finir avec ce dualisme opposition et majorité archaïque et au pouvoir de blocage ravageur ; à rendra son efficacité et sa fonction d’ascenseur social à notre système éducatif.

 

Gel Boumbe

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :