Kinshasa : Le Chef de l’Etat lance le programme accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités en RDC

Kinshasa : Le Chef de l’Etat lance le programme accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités en RDC

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi n’a point de repos. Après la pose de la première pierre de la construction du Centre Culturel de Kinshasa le mardi,

Brice Arsène Mankou : La diaspora n’est pas un problème pour le Congo, mais une solution dans une situation de crise
Jean-Lucien Bussa abroge les arrêtés pris par Lambert Matuku et interdit des veillées mortuaires à la Fikin
Gaz méthane du Lac Kivu : Une ressource potentiellement dangereuse valorisée par le Rwanda, négligée par la RDC

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi n’a point de repos. Après la pose de la première pierre de la construction du Centre Culturel de Kinshasa le mardi, il a officiellement lancé, ce mercredi 16 octobre, le programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités en RDC. La cérémonie s’est déroulée à Kinshasa au site touristique Africa Park  Aventure (Ex Lac de ma vallée) dans la commune de Mont-Ngafula, en présence du premier ministre Sylvestre Ilunga et quelques membres de son gouvernement, du président du Sénat, Alexis Thambwe, de la Présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, et de tant d’autres personnalités politico-militaires congolaises.

Le président Tshisekedi prononçant son discours

Dans son discours, le Président de la République a parlé de sa volonté de transformer le potentiel agricole congolais avec ses 80 millions d’hectares de terres arables et 40 millions irrigables. Dans sa vision de lutte contre la pauvreté, il a soutenu que 2 milliards d’individus peut être nourris par le potentiel agricole de la RDC.

Le programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités vise à sortir de la pauvreté 20 millions de Congolais vivant en milieux urbain et rural dans les 145 territoires de notre pays quittent la pauvreté ou l’extrême pauvreté ans les cinq prochaines années », a annoncé Félix Tshisekedi.

« Ce programme comprend trois composantes : la première est l’amélioration de l’accès des populations rurales et péri-urbaines aux infrastructures et services socio-économiques de base ; la deuxième est la promotion des économies rurales et péri-urbaines ; la troisième est le renforcement des capacités en gestion axé sur les résultats de développement au niveau national, provincial et local.

La première composante du programme, vise à accroître l’accès de la population au service de base qui sont l’habitat, l’électricité à travers la promotion des micros centrales hydro-électriques, l’eau potable, la santé, et les pistes de dessertes agricoles », a-t-expliqué.

Le Chef de l’Etat a ajouté que cette liste n’est pas exhaustive. Il fait remarquer que la seconde composante vise à s’assurer que les populations des villages et des quartiers péri-urbains, disposent des sources des revenus améliorées et stables et qu’elles consomment au moins un repas équilibré par jour. « La pauvreté reste donc un phénomène de masse en RDC », a déclaré Félix Tshuisekedi.

Lancement officiel du programme présidentiel accéléré de la lutte contre la pauvreté et les inégalités

Le Président de la république a fait une évaluation de la pauvreté dans le milieu rural en basant sur l’enquête d’y a plus de deux ans.

« En dépit de l’absence d’une mise à jour récente de l’enquête nationale sur la pauvreté, celle-ci est évaluée à 63% en 2017, avec une incidence en milieu rural qui avoisine les 70% », a ajouté le chef de l’Etat en précisant avec regret qu’ « En milieu rural, seuls 7% des logements sont construits en matériaux durables tandis que 95% des ménages sont dépourvus de tout système d’assainissement, de fosses septiques et de latrines couvertes. Ces statistiques expriment le paradoxe de la République Démocratique du Congo : un pays immensément riche avec une population extrêmement pauvre ».

Félix Antoine Tshilombo souhaite également accélérer la promotion des économies rurales et périurbaines et le renforcement des capacités en gestion axée sur les résultats au niveau national, provincial et local. Pour financer son programme accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités en RDC, il compte sur la lutte contre la corruption.

« J’ai pris la ferme résolution de combattre ce paradoxe avec les moyens que peut générer notre pays et avec l’appui des amis de la RDC. Ma détermination est ferme, mais le succès ne sera au rendez-vous qu’avec l’implication de tous mes compatriotes au-delà des clivages politiques. C’est pourquoi je vais engager le pays des réformes de grande envergure partant de la refondation de l’Etat avec la justice comme épicentre jusqu’au secteur de la vie nationale », a promis le président de la République, tout en insistant sur la capacité de mobilisation et de sécurisation des recettes.

Evoquant le budget annuel pour l’exercice 2020, le Chef de l’Etat a fait allusion à la réunion extraordinaire du Conseil des ministres qu’il a présidé  le 11 octobre dernier au cours de laquelle, le gouvernement a levé l’hypothèse d’un budget de 10 milliards de dollars américains.

Il a insisté sur la lutte contre la corruption et autres fléaux qui gangrènent la société congolaise, empêchant ainsi le pays à avoir un budget digne de la dimension de la RDC.

 « La lutte contre les antivaleurs, notamment la corruption, les détournements des deniers publics, la fraude fiscale, la contrebande, le tribalisme sera acharné.  Tous les moyens seront mis en œuvre pour que toutes les recettes de l’Etat soient canalisées vers le trésor public. Ceci nous donnera les moyens nécessaires pour enrayer ces inégalités et instaure ainsi la justice sociale pour nos concitoyens », a-t-il prévenu.

Gel Boumbe

 

 

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :