Kiamuangana Verckys : Au président Félix Tshisekedi, un œil regardant sur la situation des artistes congolais

Kiamuangana Verckys : Au président Félix Tshisekedi, un œil regardant sur la situation des artistes congolais

Artiste-musicien, saxophoniste de renom, éditeur des œuvres musicales, industriel avec un studio d’enregistrement, une usine de pressage de disques vi

Djouna Mumbafu tout feu tout flamme à Paris et très chaud à Manchester
Première réunion des nouveaux membres du Conseil d’Administration de la Socoda Coop-CA
Lionel Messi et Christiano Ronaldo : « la Coupe du Monde, adieu veau, vache…! »

Artiste-musicien, saxophoniste de renom, éditeur des œuvres musicales, industriel avec un studio d’enregistrement, une usine de pressage de disques vinyle, de gravure de disques compacts, une imprimerie rotative grosse presse, Kiamuangan Mateta George alias Verckys est un homme complet au sein de la corporation musicale. Président de l’orchestre « L’Immortel Vévé », créateur de plusieurs formations musicales de grande renommée de la RDC, mécène de groupes musicaux, Administrateur directeur général de la défunte Soneca, il est aujourd’hui à son deuxième mandat à la tête du Conseil d’administration de la Socoda, la nouvelle Société congolaise des droits d’auteur et des droits voisins.

Nous l’avons rencontré dans son bureau privé, au 4ème niveau de l’immeuble Vévé Center, dans la commune de Kasa-vubu, pour un entretien à bâton rompu. Suivez :

Verckys et Jossart à la primature

DIA : Deuxième mandat à la tête de la Socoda, quel est votre plan d’action pour ne pas dire votre projet de société ?

Kiamuangana : Je l’ai dit, avant de quitter la tête de la Socoda, je dois la doter de son propre siège. C’est pourquoi, pendant mon mandat, je veux m’atteler à la construction de l’immeuble de la Socoda. Même si je n’arrive pas à terminer les quatre étages, je ferai tout pour terminer le rez-de-chaussée et le 1er niveau pour qu’avant la fin de mon mandat, la Socoda occupe déjà le bâtiment. Celui qui me succédera pourra achever la construction.

A quand la prochaine assemblée générale, sera-t-elle ordinaire ou extraordinaire ?   

La prochaine assemblée générale sera extraordinaire, au cours de laquelle, nous allons revisiter les statuts qui régissent la Socoda et les adapter à l’Ohada. Avant de fixer la date de l’Assemblée, nous devons d’abord mobiliser des moyens financier et matériel pouvant permettre à son organisation.

Comment avez-vous fait pour enterrer définitivement la Soneca en récupérant son actif et son passif qui semblaient une pomme de discorde entre les deux sociétés, dissoute et nouvelle ?  

Le PCA de la Socoda et le liquidateur de la Soneca

Pendant qu’elle était sous liquidation, la Soneca continuait à percevoir l’argent des droits d’auteur partout alors qu’elle n’avait plus droit. La rencontre organisée par les deux sociétés à la salle du Zoo a permis au liquidateur de la Soneca, M. Jacques Bwenzey, à verser son passif et son actif à la Socoda.

Pouvons-nous connaître le passif et l’actif que la Soneca a versé à la Socoda ?

Le passif et l’actif versé par le liquidateur au cours de cette remise et reprise, étaient le Répertoire des toutes les œuvres, les documents et quelques agents et cadres qui ont mérité.

Les relations de réciprocités entre la Socoda et les sociétés sœurs des droits d’auteur, notamment la Sacem, la Sabam et tant d’autres sont-elles bonnes ?

Depuis un certain temps, aucune bonne relation n’existe plus entre la Socoda et d’autres sociétés sœurs des droits d’auteur. Cela est dû au non-paiement des droits d’auteur, à la Socoda, par de chaînes de télévision et de radio congolaises pour qu’à notre tour, nous envoyons aussi aux sociétés sœurs leurs droits, selon le contrat  de réciprocité qui nous lie. Comme la Socoda ne leurs envoie rien, parce que les clients congolais ne paient pas, les sociétés étrangères comme la Sabam et la Sacem, ont bloqué, elles n’envoient plus. L’Etat congolais n’intervient pas pour permettre la Socoda à recouvrer ses millions auprès de consommateurs des œuvres d’esprit.

Comment se répartissent les droits d’auteur, les droits voisins, les droits mécaniques et autres ?

Nous avons un spécialiste en la matière formé en Belgique à l’époque de la Soneca. Il s’appelle Pala-pala. C’est lui qui s’occupe de la répartition des droits d’auteur.

Pourquoi la Socoda n’arrive-t-elle pas à recouvrer ses droits qui se chiffrent à de millions de dollars américains auprès de consommateurs des œuvres d’esprit, telles les sociétés de téléphonie cellulaire, de brassicole, de chaînes de télévision et de radio, et autres ?

La Socoda qui devait être aidé par l’Etat congolais est abandonnée à son triste sort. Et s’il intervenait, la Socoda allait facilement recouvrer ses droits auprès des redevables qui font fi à nos agents lancés sur le terrain.

Et le nouveau président de la république est-il saisi de la situation ?

Nous nous préparons pour lui tenir informer. Nous osons croire que le nouveau président de la République élu, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, aura un œil regardant sur la situation des artistes congolais. Sur la Socoda ! Voire à donner aux artistes, un ministre qui a le sang artistique dans ces veines à la tête du Ministère de la Culture et des Arts de notre pays. C’est ça notre souhait !

Qui est membre de la Socoda. Est-ce que tout artiste est-il membre ? Qui peut être appelé administrateur ?

Les artistes membres de la Socoda

Je vous dirai que 85 % d’artistes actifs sont membres de la Socoda. Des jeunes tels que Werrason, JP Mpiana, Fabrigas, pour ne citer que ceux-là sont affiliés à la Socoda.

Un administrateur est celui qui a rempli les conditions d’affiliation. Il doit d’abord être associé, ensuite coopérateur et enfin, il peut introduire sa candidature pour devenir administrateur. Selon OHADA, dans une coopérative, on peut avoir 2 à 3 administrateurs au minimum et 12 au maximum. La Socoda  en a 12. Il peut aussi être révoqué par rapport à son comportement. Le cas de Maïka Munan.

La Socoda gère-t-elle combien des membres actuellement ? Si possible, les catégoriser selon les disciplines : artistes musiciens, comédiens, sculpteurs, plasticiens, sérigraphes, modélistes, couturiers, éditeurs, écrivains, etc… ?     

Il est difficile de vous donner le nombre exact des artistes que la Socoda gère actuellement selon leurs disciplines. Il faut consulter l’administration de la Socoda qui peut vous donner avec exactitude le nombre. Comme vous le dites, nous avons plusieurs disciplines composées de musiciens, sculpteurs, …

L’effectif du personnel de la Socoda est de combien des membres. Sont-ils tous artistes ?

La Socoda emploie plus de 300 personnes sur l’étendue de la RD Congo, mais ils ne sont pas artistes.

Le PCA de la Socoda, Kiamuangana Mateta Verckys, est contesté par quelques musiciens, que se passe-t-il exactement ?

Werrason, l’un des musiciens membres de la Socoda

A la tête de tout ça, c’est Maïka Munan. C’est lui qui manipule quelques deux ou trois dont certains d’entre eux ne sont pas artistes. J’apporte une précision très importante : selon les textes qui régissent la société, la Socoda peut tenir son assemblée générale dans l’une des 26 provinces de la RDC et la toute dernière a eu lieu à Mbwele situé à quelques pas de Kinshasa. C’est à cause de cette assemblée que les aigris sont mécontents, ils croyaient me remplacer sans être élus.

On parle de plus en plus de détournements au sein de la Socoda, comment cela s’organise-t-il ?

Le constat est amer. On a découvert, en novembre dernier, un groupe d’agents de la Socoda constitué en réseau. Les enquêtes à l’interne sont en cours et tous ceux qui sont impliqués dans cette maffia seront traduits en justice et les coupables seront mis en prison. Pour éviter le vol, les agents sur le terrain seront en tenue de la Socoda portant un numéro.

Un mot aux artistes, aux consommateurs des œuvres d’esprit et au gouvernement de la République ?

JB Mpiana, membre de la Socoda

Je commencerai aux consommateurs des œuvres d’esprit, qu’ils s’acquittent de leurs dettes afin de permettre aux artistes à vivre de leurs œuvres. Le droit d’auteur est le salaire de l’artiste, mais jusque-là, il est privé de sa énumération bien méritée.

Au gouvernement de la République d’apporter son assistance à la Socoda afin de la donner l’occasion de s’épanouir. Selon les textes, le gouvernement devait apporter son assistance financière de 5 ans à la Socoda et, nous attendons toujours.

Aux artistes, de ne pas être découragés, la Socoda a déjà décollé, d’ici là, elle va prendre sa vitesse de croisière et, nous serons bien. Avec la « Copie privée », la Socoda aura un bouffé d’oxygène.

C’est quoi « Copie privée » ?

La « Copie privée » est le 1% que la Socoda va percevoir sur tout produit à caractère musical ou sonore qui entre en RDC. Il s’agit de matériel informatique, cellulaire, téléphone, disque, film, CD, DVD, vinyle, K7, radio, télévision, pendule, support USB, etc. Le dossier est avancé au niveau du gouvernement et, on attend la suite.

Propos recueillis par Gel Boumbe   

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :