Katumbi et Tshisekedi : Non à la machine à voter et au troisième mandat, oui à la candidature unique de l’opposition

Katumbi et Tshisekedi : Non à la machine à voter et au troisième mandat, oui à la candidature unique de l’opposition

Dans une déclaration conjointe faite à New York, le 25 mai dernier, à l’issue d’un périple euro-américain qui les a conduit successivement, du 21 au 2

Félix Tshisekedi élu à la tête de l’UDPS et désigné candidat à la présidentielle en décembre 2018
Congrès de l’UDPS : la tension monte entre les ailes de l’UDPS
Le Rassop prêt à vider Kabila de ses substances du Chef de l’Etat

Dans une déclaration conjointe faite à New York, le 25 mai dernier, à l’issue d’un périple euro-américain qui les a conduit successivement, du 21 au 25 mai,  à Bruxelles, Paris, Washington et New York, Moïse Katumbi Chapwe, président de l’Ensemble pour le Changement et Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo, président de l’UDPS, affirment travailler à un programme commun et à une candidature unique de l’opposition à la prochaine présidentielle.

Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi

Les deux opposants de taille au régime de Kabila  ont, dans toutes leurs rencontres avec leurs interlocuteurs, mesuré leur détermination à unir leurs efforts pour arracher la tenue dans le délai, des élections  démocratiques, transparentes et inclusives qui répondent aux aspirations d’une population congolaises aujourd’hui livrée  à elle-même à la maladie, à la faim, à la pauvreté, et à l’incurie de ses dirigeants.

La déclaration précise que face à un régime et un président hors mandat  et illégitime qui cherche à se maintenir au pouvoir à tout prix, en violant les dispositions de la Constitution et de l’Accord de la Saint Sylvestre, Katumbi et Tshilombo ont parlé d’une seule et même voix et réaffirmé leur volonté de conduire la RD Congo à la première alternance démocratique de son histoire en affirmant ensemble ce qui suit :

« Nous enjoignons Monsieur Joseph Kabila à cesser toute velléité de briguer, en violation de la Constitution, un troisième mandat qui plongerait le pays et la sous-région dans le chaos ; Nous disons non à l’utilisation de la machine à voter ; Nous exigeons la libération des prisonniers politiques, notamment Eugene Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo, Franck Diongo et tous les autres, la fin de poursuites judiciaires injustifiées contre Moïse Katumbi, le retour au pays des exiles , le respects des libertés publiques, et la fin des tueries et des massacres perpétrés par des milices à la solde du pouvoir ; Nous exigeons le retour diligent de la dépouille d’Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire ; Nous exigeons  protection et  sécurité pour tous les congolais ; Nous enjoignons le régime en place à mettre un terme à ses manœuvre visant à prendre le processus électoral en otage ».

Ensemble pour le changement à Beni sous l’égide de l’Honorable J C Kibala

Les deux figures emblématiques de l’opposition pour l’élection présidentielle de décembre 2018 affirment qu’elles ont été déjà assemblés depuis juin 2016 pour obtenir la tenue des élections démocratiques dans les délais fixés par la Constitution, en mettant en place un cadre de concertations et d’actions communes. Dans leur déclaration conjointe, Chapwe at Fatshi soutiennent que leurs équipes sont à pied d’œuvres en vue d’élaboration d’un programme commun qui aboutira, le moment venu, à la désignation d’un candidat unique à la prochaine élection présidentielle.

Dans la conclusion de ladite déclaration, ils ont donné espoir au peuple Congolais :   « Ensemble, nous réitérons à notre peuple notre engagement  à concrétiser un rêve commun qui consiste à redonner à chaque Congolaise et Congolais, la fierté d’appartenir à une grande nation démocratique sous l’égide d’un Etat qui protège, rassure et délivre à tous citoyens les services qu’il est en droit d’attendre ».

Il reste à d’autres opposants à faire appel à la conscience patriotique et démocratique en se joignant à eux pour la désignation d’un candidat unique à la présidentielle de décembre 2018. Si aujourd’hui l’opposition politique et la société civile qui crient jour et nuit à l’alternance au sommet de l’Etat présenteraient la candidature unique, la Majorité au pouvoir, malgré l’argent qu’elle va distribuer, ne gagnera pas l’élection présidentielle. Les preuves ne sont plus à démontrer sur le terrain !

Gel Boumbe              

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :