Isidore Ndaiwel : La croisade du CLC a été l’expression de l’utilisation responsable de la liberté

Isidore Ndaiwel : La croisade du CLC a été l’expression de l’utilisation responsable de la liberté

Le Comité laïc de coordination (CLC) était dans la rue le lundi 21 octobre 2019 pour une marche pacifique, sans acte de vandalisme, contre la corrupti

Le CLC inébranlable et encourage le chef de l’État et la CENI de prendre des dispositions nécessaires pour des élections crédibles
Le CLC doute de la bonne foi de la CENI et demande le retrait immédiat de machine à voter
Le CLC diversifie et peaufine ses stratégies de mobilisation

Le Comité laïc de coordination (CLC) était dans la rue le lundi 21 octobre 2019 pour une marche pacifique, sans acte de vandalisme, contre la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice. Les manifestants  réclament la restitution de 15 millions de dollars américains de rétro commission au Trésor public, la suspension, à titre conservatoire, de toute personne qui y est impliquée et la démission de 9 juges de la Cour constitutionnelle trempés dans la corruption lors des élections de sénateurs  et le traitement des litiges des dossiers électoraux de députés nationaux.

CLC manifeste pacifiquement à Kinshasa

Les fidèles catholiques,  membres des mouvements citoyens et membres de partis politiques ont répondu à l’appel du Comité Laïc de Coordination dans les différents points de ralliement rendu publics, 12 au total.

Les manifestants de la Tshangu se sont rencontrés à la place Sainte-Thérèse. Ceux du Mont-Amba à Uzam ; les marcheurs de Triangle Cité Verte et  Rond-point Ngaba à Echangeur. Ceux de la Funa ont eu comme points de rassemblement à Victoire, Vélodrome et rond-point Moulaert. Ceux de Lukunga à Pompage, UPN et rond-point Huileries.

A Binza Delvaux, un cortège de motos est parti de là pour rejoindre le Rond-point de l’avenue des Huileries à Lingwala. Sur le dos, on peut lire les inscriptions suivantes : « Moyibi toboyi (en bleu), 15.000.000 $ (en rouge), ezonga na caisse (en bleu) », « Comité Laïc de Coordination (en bleu), 15.000.000 $ ekeyi wapi. Où sont nos 15 millions de dollars (en rouge) », « Non à l’impuissance de la justice. Bazuzi ya kanyaka libanda ».

Ève Bazaiba, Secrétaire générale du MLC, à la tête d’un autre peloton

Pour ceux de la Funa, ils sont partis de la paroisse Saint Joseph de Matonge, avec Isidore Ndaywel è Nziem à la tête du peloton. Ils sont passés par la paroisse Saint-Vincent de Paul avant de chuter à la Place Victoire. Tout le long de leur trajectoire, les manifestants ont pacifiquement marché sans aucune forme de violence. « La croisade a été l’expression de l’utilisation responsable de la liberté pour construire une société dans laquelle il fait bon vivre », a dit le Coordonnateur du CLC.

Bien qu’il n’y ait pas un engouement à l’instar des marches passées, avant les élections, le Coordonnateur du CLC, le professeur Ndaywel pense que la population va désormais s’habituer à ce genre des manifestations dont le but est de revendiquer. Toutefois, il faut féliciter le CLC pour avoir réussi à mobiliser les gens un lundi à Kinshasa. Ce qui n’est pas facile.

« Nous avons voulu faire une mobilisation très décentralisée. Nous avons douze points de rencontre dans la ville. Il faut que les gens s’habituent à des marches pour lesquelles les gens doivent avoir peur de la violence. Il faut que les gens intègrent la culture de la revendication. Si ça ne marche pas, le souverain primaire doit réagir. C’est ce que nous essayons de montrer.

Même si les gens nous regardent comme si on était des espèces en voie de disparition, nous ne sommes pas en voie de disparition, bien au contraire. Dans les prochaines marches, il y aura de plus en plus des personnes quand les gens auront intégré cette nouvelle culture », a fait remarquer le prof Isidore Ndaywel à la fin de la marche, à la Place Victoire à Matonge.

Gel Boumbe 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :