Grève des médecins : Droit des malades et droit des travailleurs, réaction de la Monusco

Grève des médecins : Droit des malades et droit des travailleurs, réaction de la Monusco

Le Synamed [Syndicat national des médecins] a décrété une grève  qui est maintenant « sèche ». Actuellement, très peu de tours de  gardes minimales so

Lettre ouverte au chef de l’État : la société civile des forces vives de Beni, Lubero et Butembo fait une révélation accablante avec une statistique jamais connu avant
Les évêques en session extraordinaire en réponse aux défis pastoraux de l’heure
Prof Jean Omasombo : « L’arbre Kabila va tomber, mais dans quelle direction ? »

Le Synamed [Syndicat national des médecins] a décrété une grève  qui est maintenant « sèche ». Actuellement, très peu de tours de  gardes minimales sont assurées dans les hôpitaux publics et conventionnés avec l’Etat. La Monusco s’est intéressée à ce qui se passe. Selon Mme le  Porte-parole par intérim Fabienne Pompey, « la Monusco a un mandat précis qui  est d’abord la protection des populations, essentiellement contre les groupes armés, et la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016 » ; elle ne pense pas que la question  posée relève d’une intervention de la Monusco. Elle a néanmoins reconnu qu’il y a un aspect de droit de l’homme. Son collègue, Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Jose Maria Aranaz, a évoqué différents cas de figure : « Il y a le droit à la santé pour ceux qui ont des problèmes médicaux, il y a aussi dans le droit international du travail, le droit de grève. Il faut un équilibre entre les violations et l’impact sur les autres droits qui sont plus importants et le droit légitime à la grève. Il termine toutefois en soulignant que ce n’est pas le travail de la Monusco.

RKDIA

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :