Formation et renforcement de capacités du personnel judiciaire

Le Programme des Nations Unies pour le Développement, PNUD, organise, à compter de la semaine prochaine, une série des formations de renforcement des

Les élèves du collège Saint Esprit instruits sur la non-violence active
Pour la machine à voter, la CENI et Miru Systems en mariage à Kinshasa pour le meilleur et le pire
Formation de femmes des médias à Lubumbashi sur le code minier révisé

Le Programme des Nations Unies pour le Développement, PNUD, organise, à compter de la semaine prochaine, une série des formations de renforcement des capacités en faveur du personnel judiciaire à travers le pays, sur diverses matières de droit. L’information a été donnée par le Représentant de l’équipe-pays des Nations Unies M. Yvon Edoumou au cours de la conférence hebdomadaire de la Monusco.

palais de justice de Bukavu

palais de justice de Bukavu

A Bukavu, dans le Sud-Kivu, ce sont 60 magistrats de diverses provinces de l’Est qui suivent la formation sur l’administration de la preuve et les réparations civiles dans les dossiers de crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité. A Goma, 40 greffiers de juridictions militaires et des secrétaires des auditorats de plusieurs provinces seront en formation dans le cadre du programme Justice Transitionnelle. Alors qu’à Kisangani, 25 avocats vont se retrouver pour échanger sur l’assistance judiciaire des personnes poursuivies pour crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité. Sur financement de l’Union Européenne, ces formations sont organisées en collaboration avec les autorités congolaises, le PNUD et la MONUSCO.

Protestation des avocats du Nord Ubangi

Alors que dans certaines provinces du pays, le personnel de justice suit des formations de renforcement de capacités, dans le Nord Ubangi, des avocats ont exprimé hier leurs exaspérations face à la paralysie de l’appareil judiciaire dans leur province. S’exprimant dans une radio locale, ils ont déclaré leur indignation car ils sont incapables de défendre leurs clients devant les juridictions locales faute de magistrats debout ou de sièges. Ceux qui ont été nommés par Kinshasa refusent de venir s’enterrer selon eux dans les villes et cités comme Gemena, Zongo et Libenge. « Pour des peccadilles, des justiciables passent parfois six mois avant de voir leur affaire traitée en justice. » s’indignent-ils.

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :