Formation des journalistes au bon usage des antibiotiques

A l’initiative de l’Organisation Mondiale de la Santé, vingt-six journalistes de Kinshasa et Brazzaville- dont 11 de Kinshasa-, ont participé le mardi

Des avocats victimes voire complices des magistrats partiaux
Les droits de l’enfant malmenés dans le monde
Au Ghana, des pilules pour accoucher d’un bébé clair de peau est en vogue

A l’initiative de l’Organisation Mondiale de la Santé, vingt-six journalistes de Kinshasa et Brazzaville- dont 11 de Kinshasa-, ont participé le mardi 21 octobre 2017, à Brazzaville, à un atelier de sensibilisation sur la résistance aux antibiotiques, un phénomène que l’OMS estime constituer une menace majeure pour la santé. Le porte-parole de l’Oms en Afrique centrale a révélé cette information au cours de la Conférence de presse hebdomadaire de la Monusco à Kinshasa

antibiotique

antibiotique

Cette initiative a été lancée dans le but de mieux informer le grand public, avec l’apport des professionnels des médias, sur les risques élevés liés à l’usage inapproprié des antibiotiques, à l’occasion de la semaine mondiale du bon usage des antibiotiques. Les discussions ont porté sur les enjeux sociaux, médicaux et sanitaires de l’antibiorésitance dans les sociétés africaines particulièrement congolaises. L’OMS croit que l’action des médias fait partie des moyens d’action stratégiques qui peuvent être mis en œuvre pour mobiliser les pouvoirs publics, les populations et toutes les parties-prenantes en vue de lutter contre l’usage abusive des antibiotiques.

Acuité en décroissance de l’épidémie du choléra

La formation des journalistes intervient alors qu’une épidémie de choléra, qui sévit en RDC depuis le début de l’année en cours, connaît une tendance à la baisse avec moins de 2 000 cas au cours de dernières semaines d’octobre et début novembre. Toutefois, une augmentation relativement importante du nombre de cas a été observée dans les provinces du Kasaï. Les provinces du Kasaï et de Lomami sont les dernières à être touchées par l’épidémie et n’avaient pas été touchées par les épidémies de choléra lors dix dernières années.

L’arrivée du choléra dans la région du Kasaï était prévisible en raison de la vulnérabilité des cinq provinces de la région aux maladies diarrhéiques. Pour le Ministère de la Santé publique et ses partenaires, cette vulnérabilité a été récemment exacerbée par de violents conflits qui ont occasionné de nombreux mouvements de populations ainsi que des dégradations importantes des structures sanitaires.

L’OMS et les autres partenaires continuent d’apporter leur appui technique, logistique et en ressources disponibles pour faire face aux besoins toujours croissants en intrants, aux activités de mobilisation sociale, d’engagement des communautés, ainsi que celles relatives à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Depuis le début de l’année en cours, la RDC a enregistré 44 071 cas suspects avec 882 décès.

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :