Félix Tshesekedi à la conquête du pouvoir pour remplacer Kabila en décembre 2018

Félix Tshesekedi à la conquête du pouvoir pour remplacer Kabila en décembre 2018

Aussitôt investi le 31 mars 2018, Félix-Antoine Tshesekedi TShilombo annonce que son parti est ouvert à des alliances avec des partenaires qu’ils fero

Présence effective des partis politiques sur le terrain et présentation publique de la liste des partis politiques deux demandes de l’Acaj
Le CLC doute de la bonne foi de la CENI et demande le retrait immédiat de machine à voter
Le constat des Evêques à Nikki Haley : Joseph Kabila demeure le problème et la solution de la crise congolaise

Aussitôt investi le 31 mars 2018, Félix-Antoine Tshesekedi TShilombo annonce que son parti est ouvert à des alliances avec des partenaires qu’ils feront des choses ensemble, tant au niveau national qu’international.

Dans son discours d’investiture, il a promis de continuer l’œuvre laissée par son prédécesseur Etienne Tshisekedi wa Mulumba par trois volets : « Le premier, c’est l’unité ; le second, c’est ce sera l’organisation, je mettrai l’accent sur la formation des cadres, des jeunes et des femmes ; le troisième, ce sera la conquête du pouvoir. Je crois que nous sommes suffisamment aptes à prendre le pouvoir aux élections qui auront lieu cette année », a promis le président de l’UDPS, élu démocratiquement.

Kamerhe et les membres de l’opposition invités au congrès de l’UDPS

Il s’est fixé pour objectif de remporter l’élection présidentielle. « L’un des objectifs que je m’assigne est naturellement la conquête du pouvoir aux scrutins du 23 décembre prochain. D’aucuns accusent l’UDPS d’avoir mené durant des années un combat politique stérile et de ne pas accéder au pouvoir. Cette fois-ci, aux fins des conquêtes effectives du pouvoir, nous nourrissons des ambitions électorales légitimes : gagner haut la main la présidentielle, avoir le plus grand nombre des députés provinciaux et nationaux, compter le nombre le plus élevé des gouverneurs des provinces, avoir le plus grand nombre des sénateurs. Je fais un appel solennel à toutes les forces acquises au changement de se mettre ensemble pour obtenir l’alternance démocratique », a affirmé Félix Tshisekedi qui vise aussi à organiser, consolider et élargir l’encrage national du parti.

Pendant ce temps, l’autre camp conduit par Bruno Tshibala s’en va de justice en justice pour barrer la route à ce candidat qui semble avoir de potentiels électoraux considérables, surtout que Félix n’est pas Étienne, mais les deux sont Tshisekedi. D’un côté, les combattants de l’UDPS sont unanimes pour la candidature de Fatshi à la magistrature suprême en décembre prochain et de l’autre, les alliances à signer sont prometteuses au sein du Rassop avec d’autres plateformes de l’opposition. Mais on ne peut pas seulement croire à la candidature de Félix comme le seul candidat à la présidentielle de décembre 2018, il faut aussi penser à celle de Moïse Katumbi car jusque-là, ce sont les deux qui font fonder l’espoir du peuple congolais pour la victoire finale.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :