En l’absence de son père, Thérèse Kapangla conduite à sa dernière demeure

En l’absence de son père, Thérèse Kapangla conduite à sa dernière demeure

Mlle Thérèse Kapangala, abattue à bout portant par les forces de l’ordre dans l’enceinte de la paroisse Saint François de Sales le dimanche 21 jan

Le pape François déplore l’usage du téléphone pendant la messe
Comme le Pape au Vatican, la CENCO prie pour la Paix en RDC à Kinshasa
Le 31 décembre déclaré « Journée des Martyrs de l’Accord de la Saint-Sylvestre »
Thérèse Kapangala

Thérèse Kapangala

Mlle Thérèse Kapangala, abattue à bout portant par les forces de l’ordre dans l’enceinte de la paroisse Saint François de Sales le dimanche 21 janvier 2018 lors de la marche initiée par le Comité laïc de coordination., a été conduite à sa dernière demeure, au cimetière Nécopole entre ciel et terre. C’était ce vendredi 9 février 2018, à l’issue d’une messe d’action de graâce dite à l’église Saint François de Sales..

Lors de la messe, la maman, les frères et les sœurs de Thérèse Kapangala étaient là. Son père, un officier de la Police nationale congolaise (PNC) était le grand absent. Aucune information n’a filtré sur l’endroit où il se trouverait actuellement. Est-ce la hiérarchie policière qui lui a intimé l’ordre de s’absenter aux obsèques de sa fille aînée ou vit-il en clandestinité ? Nous saurons la réponse dans les jours à venir. Il est toutefois déplorable de constater qu’un papa, vivant et présent dans la ville, ne puisse pas assister aux obsèques de son enfant.

La messe a été dirigée par le curé de la paroisse St François de Sales, l’abbé Aimé Lusambo, qui vit en clandestinité pour le moment, et il a été assisté par plusieurs prêtres du diocèse de Kinshasa.

Kapangala

Une vue de l’endroit du calvaire de Thérèse Kapangala

Dans l’homélie tirée de l’évangile de St Luc, l’abbé Kibau  a déclaré que le sang est sacré, la vie humaine est sacrée, car la Bible dit que tu ne tueras point. Il faut faire attention au sang des innocents. Un jour le sang de Thérèse Kapangala criera.

Plusieurs personnalités ont rehaussé de leur présence cette messe. Vital Kamerhe est venu déposer une gerbe des fleurs et s’incliner sur la dépouille de la jeune victime. Eve Bazaïba était là également. Ayant quitté l’église un peu plus tôt, la secrétaire générale du MLC a été abordée par la presse. Le sang de Thérèse qui est tombé, comme l’a dit le prêtre, germera et amènera la délivrance de ce pays, a-t-elle dit.

Sur la question du silence que l’on veut imposer à l’Eglise catholique, la secrétaire générale du MLC n’est pas allée par quatre chemins pour dire que comme les autres confessions religieuses, l’Eglise catholique a le pouvoir de dire un mot par rapport à la gouvernance de ce pays. L’Eglise catholique tient le social, regarde le nombre d’écoles, des centres de santé et structures à travers le pays. L’Eglise catholique construit des routes de desserte agricole en lieu et place de l’Etat.

Faisant son témoignage sur sa nièce, l’abbé Joseph Musubao a dit que Thérèse ne se gênait pas de nous répéter qu’elle sera une religieuse, une sainte.  Elle nous rassurait, en même temps, qu’elle commencera à intercéder pour nous.

Dechade

Des tee-shirts pour le deuil de Déchade Kapangala

Delly Sesanga a été invité durant la messe à faire le témoignage de ce qui s’est passé lors de la marche  du 21 janvier 2018. Il a fait remarquer que l’officiant de la messe du dimanche 21 janvier 2018 à St François de Sales, l’abbé José Musubao, est l’oncle de la victime. La victime n’avait menacé personne, elle n’a pas été à Magasin Kintambo pour piller comme veulent le faire croire certaines mauvaises langues. Elle a été abattue ici dans l’enceinte de la paroisse par une balle tirée à partir d’un véhicule blindé de la police.

Pour Delly Sesanga, ce qui s’est passé est inacceptable. Le martyre de Thérèse Kapangala est devenu le symbole de ce qui s’est passé le 21 janvier 2018. Et il a souligné qu’un martyre ne se pleure pas, son combat est poursuivi par les vivants.

Malheur à moi si je ne dénonce pas la barbarie qui a causé la mort de Thérèse Kapangala, a dit un membre de sa famille qui a pris la parole durant la messe. Pour nous de la famille, tu es une bienheureuse. Tu es morte sans commettre un crime, tu es morte parce que tu défendais les droits de tout un peuple. Entre dans la joie de ton maître et intercède pour notre pays. La bonne manière de consoler quelqu’un c’est de s’approprier sa lutte, a-t-il poursuivi.

Le président des aspirants de St François de Sales, Benjamin Mfumu, a pris aussi la parole. C’est en effet pour nous une peine indescriptible que de perdre notre sœur qui a été pour nous tant une amie qu’un modèle, a-t-il dit. Et il a ajouté que Thérèse Kapangala était une fille timide, derrière laquelle sa cachait une femme pleine d’ambitions, pieuse, charitable, mais aussi dotée d’un optimisme redoutable.

L’abbé Serge Kibau a, au nom de la paroisse St François de Sales, remercié le cardinal Laurent Monsengwo pour avoir autorisé que les obsèques de l’aspirante Thérèse Kapangala se passent dans de bonnes conditions.

Notons que si les Casques bleus de la Monusco étaient visibles dans la paroisse St François de Sales, il n’y avait aucun policier dans les parages. Il semble que les jeunes de Kintambo étaient décidés de régler de compte aux forces de l’ordre.

Jean-René Bompolonga et Lauriane Mpotambwa (stagiaire)

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :