En formation idéologique, le MSR est formel : « Kabila et Nangaa doivent partir fin décembre 2017 »

En formation idéologique, le MSR est formel : « Kabila et Nangaa doivent partir fin décembre 2017 »

Le Mouvement social pour le renouveau (MSR) a programmé deux journées de formation idéologique pour ses membres récemment nommés dans les différentes

Honorable Didier Molisho : MSR est un Parti de masse, Nangaa doit partir de la CENI et payera cher ses actes
L’opposition appelle ses militants à participer à la marche pacifique du 31 décembre
Bataille pour le label Udps

Le Mouvement social pour le renouveau (MSR) a programmé deux journées de formation idéologique pour ses membres récemment nommés dans les différentes fédérations et sous-fédérations de la ville province de Kinshasa. La première journée organisée le samedi 14 octobre 2017, au siège du parti à Kintambo, a connu une participation massive de nouveaux animateurs des organes du MSR.

Après le mot de circonstance du Secrétaire exécutif national, l’honorable Dieudonné Bolengetenge Balea, qui a été précédé par la prière, l’hymne national, la présentation des délégués, l’animation et le slogan du parti, quatre thèmes ont été développés à l’attention de l’assistance. Il s’agit de « Genèse du Parti », « Organisation du Parti », « Idéologie et projet de société du Parti » et « Le parcours politique du Parti de 2005 à ce jour ».

« Genèse du Parti »

Développé par la présidente de la Ligue des femmes, Madame Chantal Ngoyi, l’exposé de ce premier thème a mis fin à la désinformation selon laquelle il y a deux MSR. Il y a qu’un seul parti politique qui porte le nom du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) dirigé par le président Pierre Lumbi Okongo. Les documents autorisant le MSR à fonctionner comme parti politique ont été montrés aux membres en formation idéologique. Elle a précisé que le MSR a été combattu dès sa création par les membres du PPRD qui voulaient que les membres du MSR adhèrent au sein du parti politique du Chef de l’Etat. Mais le MSR est resté intransigeant autour de sa vision politique et son idéologie sociale. Même les mascarades de Me Yoko n’ont pas convaincu.

« Organisation du Parti »

Ce deuxième thème a été décortiqué clairement par le Secrétaire exécutif national du parti, l’honorable Dieudonné Bolengetenge Balea. D’abord, il a ouvert une parenthèse en disant : « à l’Eglise catholique, malgré les différentes étapes de formation reçues, on devient prêtre qu’après l’ordination et à l’église protestante, il faut être intronisé. C’est ce que nous faisons aujourd’hui avec les membres de différentes fédérations de Kinshasa installés récemment ». En sa qualité de professeur d’universités, il a démontré comment est organisé le MSR : « Le Parti a deux principaux organes qui sont les organes centraux et les organes de base. Pour les organes centraux, il y a le Congrès qui se réunit en ordinaire une fois chaque trois ans et en extraordinaire s’il y a urgence. Il y a le Conseil national qui fait l’office du parlement du parti qui se réunit une fois l’an et au cas de nécessité on peut convoquer une session extraordinaire. Il y a le président national qui est élu pour 6 ans, il travaille avec 5 vice-présidents. Il y a le Bureau politique qui se réunit chaque trois mois et le Secrétariat exécutif national dont le S.E.N. travaille avec 8 membres. C’est l’organe d’exécution du parti, il gère le parti au quotidien », a expliqué Didon Balea.

Quant aux organes de base, il y a les fédérations, les sous-fédérations, les sections, les sous-sections et les cellules. Selon la nouvelle réforme au niveau de la base, une cellule doit se composer d’un groupe de 20 à 50 personnes, une section peut en avoir de 200 à 300 membres, trois sous-fédérations constituent une fédération et Kinshasa est actuellement composé de 8 fédérations.

« Dans le parti, chacun a sa place et le MSR est un parti spécial. Je ne suis pas membre fondateur, mais j’ai eu à représenter le parti, en qualité de questeur et de président du Groupe parlementaire et Alliés à l’Assemblée nationale et ministre au gouvernement central. Je suis un témoignage vivant d’une réalité qui n’existe pas dans les autres partis où les présidents et membres fondateurs seuls ont droit aux nominations », a témoigné le Secrétaire exécutif national du MSR, Dieudonné Bolengetenge Balea.

Répondant à la question de savoir pourquoi ils continuent à siégé à l’Assemblée nationale, L’ « Exécutif national » du MSR a fait comprendre : « La présence des députés de l’Opposition à l’hémicycle n’est pas pour donner à la MP la force de faire ce qu’elle veut. Nous devons être là pour la surveiller et dénoncer les coups que ses membres ne cessent de monter au jour le jour. Notre présence au Parlement est pour les empêcher à réaliser leur sale besogne, sinon le peuple sera surpris de voir certains articles de la Constitution changés et d’autres lois en défaveur du pays adoptées ».
L’Honorable Bolengetenge a attiré l’attention des membres qui veulent parler au nom du parti de se conformer aux statuts et règlements intérieurs et à la charte du MSR. Ils doivent d’abord échanger avec les membres du comité pour avoir une idée commune. Pour lui, l’union fait la force et ils doivent se mobiliser comme une seule personne. Il a terminé son exposé en disant : « Mobilisons-nous, mettons-nous debout, marchons et marchons pour dégager ces gens ».
Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :