Elections de fin 2018: Des partis politiques en ordre de bataille ou carrément réticents

Elections de fin 2018: Des partis politiques en ordre de bataille ou carrément réticents

L’entame de l’année 2018 montre des frémissements dans les rangs des partis politiques. Chacun y va de son annonce, d’aucuns parmi les partis de la Mo

« Médiocre » n’est pas une insulte mais une évaluation, dixit Abbé Donatien Nshole
La CENCO confirme le déploiement de plus de 40.000 observateurs le dimanche 23 décembre
REACTION DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO) FACE AUX ALLEGATIONS DE LA LUCHA

L’entame de l’année 2018 montre des frémissements dans les rangs des partis politiques. Chacun y va de son annonce, d’aucuns parmi les partis de la Mouvance présidentielle, MP, affichent leurs ambitions et son Secrétaire général M. Aubin Minaku fait sa tournée en recherche de cohésion interne. Le G7, un cartel de partis qui ont quitté la MP pour l’Opposition, cher à Moïse Katumbi, pose des conditions.

Le Palu et l’Udemo, allié et ex allié de la MP en préparation

 

Antoine-Gizenga-Palu

Antoine-Gizenga-Palu

Au Parti lumumbiste, Palu, encore allié à la Mouvance présidentielle, des acteurs et non des moindres, ont clairement affiché leurs ambitions. Au cours de ce week end, le samedi 27 janvier, Lugi Gisenga, secrétaire général permanent et porte-parole, a déposé sa quote-part dans la cagnotte du Palu destiné à recueillir toutes les contributions de ses adhérents et de ses sympathisants en vue de concourir à tous les niveaux aux élections de fin 2018. La cagnotte de la campagne électorale du Palu est gérée par Adolphe Musitu, secrétaire exécutif du parti et ancien Premier ministre. Le Palu n’a exclu aucun poste, la présidence comprise. Les apparences semblent montrer un relâchement des liens avec la MP.

L’Udemo, en retrait depuis le limogeage brutal de son leader Zanga Mobutu, fils du Maréchal, du gouvernement de Joseph Kabila, semble se réveiller de sa torpeur. Un communiqué diffusé ce week end invite les leaders de l’Udemo à une réunion de prise de contact en vue redynamiser le parti pour le prochain scrutin. Zanga Mobutu n’est pas redevable de la justice de son pays. Son retour en RDC ne pose aucun problème.

Des raisons de la colère

Recul du Palu et faible nombre de ministres dans l’actuel gouvernement

Le Parti lumumbiste unifié (en abrégé PALU) est le parti cher au patriarche Antoine Gisenga, c’est un vieux parti créé en 1964 inspiré par les idées de gauche de Patrice Lumumba En juillet 2006 , le PALU remporte 34 sièges à l’Assemblée Nationale lors des élections législatives, et son candidat (Antoine Gizenga) obtient la troisième place avec 13,8 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle.. À l’issue des législatives de 2011, le PALU remporte 17 sièges à l’Assemblée Nationale. Lors de l’élection présidentielle 2011, le PALU choisit de soutenir la candidature du président sortant Joseph Kabila Le Parti Lumumbiste est resté dans la MP malgré son recul et une certaine marginalisation depuis le départ d’Adolphe Muzito du poste de Premier ministre.

Réticences du G7 de l’Opposition

 

Leaders du G7

Leaders du G7

Dans l’opposition l’heure est à la grogne. C’est le cas du G7, un cartel de partis qui ont longtemps figuré dans la MP et qui ont rejoint l’opposition. M. Pierre Numbi, président de ce cartel a déclaré que son groupe ne prendra pas part aux élections de 2018 sans ses partis politiques membres. Dans ce contexte, le leader politique a dénoncé le dédoublement des partis politiques du G7 qui complique leur avenir. Il a averti que son cartel n’ira pas aux élections si son leader, Moïse Katumbi est empêché d’y prendre part.

Lors de la démission des ténors du G7 du gouvernement au mois d’octobre en 2015, des sous fifres sont entrés en rébellion et ont déposé des nouveaux textes comprenant des statuts des partis, des règlements intérieurs et surtout des procès-verbaux de congrès desdits partis. Le ministère de l’Intérieur a tout enregistré. La Commission nationale électorale indépendante, Ceni, annonce qu’elle ne s’en tiendra qu’à la liste du ministère de l’Intérieur. « La justice doit trancher en cas de contestations », a assuré Kalamba, porte-parole de la Ceni.

L’Udps dans la bataille juridique

L’engagement de l’Udps dans la joute électorale est d’ores et déjà gêné par la bataille juridique qui l’oppose à Bruno Tshibala, Premier ministre et transfuge de l’Udps au gouvernement actuel. Ce dernier a modifié le statut du parti historique de l’opposition pour s’autoproclamer président, poste qu’il a cédé à son conseiller juridique Tharcisse Loseke. L’Udps est déjà en jugement avec le Premier ministre actuel au Tribunal de Matete à Kinshasa sur le statut modifié du parti. La Ceni va être confrontée à un choix pour départager les futurs candidats des deux ailes de l’Udps Félix Tshisekedi ou Bruno Tshibala.

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :