Echos de capitales provinciales des six anciennes provinces congolaises

Echos de capitales provinciales des six anciennes provinces congolaises

La Journée du 30 novembre 2017 a connu des sorts variés en réponse à la demande du Rassemblement de l’Opposition, Rassop en sigle, de maintenir l’orga

Journée du souvenir en mémoire des archevêques martyrs de Bukavu Muzihirwa, Kataliko et Mbogha
Les sœurs franciscaines de Bukavu ont construit et remis 19 maisons aux policiers sans abris
L’Opposition a marché pacifiquement à Kinshasa, Goma, Bukavu…

La Journée du 30 novembre 2017 a connu des sorts variés en réponse à la demande du Rassemblement de l’Opposition, Rassop en sigle, de maintenir l’organisation de la marche pacifique demandant le départ de Joseph Kabila et exigeant le rejet du calendrier électoral de décembre 2018.

Si à Kinshasa, la marche a été étouffée dans l’œuf, les manifestants n’ont pas pu occuper les grandes rues de la capitale, à l’intérieur des sympathisants de l’Opposition ont pu occuper quelques temps des rues et même parcourir quelques mètres comme à Bukavu.

Arrestation de leaders de l’Opposition à Kinshasa

Kinshasa ville morte

Kinshasa ville morte

Jean Marc Kabund a Kabund, secrétaire général de l’UDPS, parti cher à Félix Tshisekedi et Martin Fayulu de l’ECIDE, autre parti de l’Opposition ont arrêtés sur le petit boulevard Lumumba non loin de la permanence de l’UDPS. En compagnie d’un groupe de « combattants », nom familier donné aux militants de l’UDPS, les deux leaders avaient emprunté cette voie pour atteindre le point de chute de la marche projetée du 30 novembre 2017. Ils ont emmenés vers une destination inconnue, à la mi-journée, le secrétaire adjoint de l’UDPS, Rubens Mikindo, s’exprimant devant la presse locale n’en avait pas encore l’idée. Il a néanmoins fixé l’opinion sur le sort de Félix Tshisekedi qui a été empêché de quitter son domicile pour se rendre à la marche.

Des observateurs ont corroboré cette affirmation révélant que d’importantes troupes policières ont investi les rues de cette partie de la commune de Limete. La permanence du parti de l’UDPS, la résidence du défunt Etienne Tshisekdi et la résidence de Félix Tshisekedi ont été entourées de forces policières. L’UDPS/ Kibassa, un des partis de l’Opposition a lancé un appel à la libération de son vice-président de Kinshasa, Augustin Kibassa Maliba, arrêté d’après ce parti dans les rues de la capitale.

Début de marche dans certaines capitales provinciales

A Bukavu, ancien chef-lieu de la Province du Kivu, des sources locales renseignent que des femmes sympathisantes de l’Opposition sont parties du Rond-Point Major Vangu pour leur marche. Elles ont été dispersées après avoir parcouru 500 mètres par les forces policières utilisant des gaz lacrymogènes. A Mbandaka, ancien chef-lieu de la Province de l’Equateur, des sympathisants partis de la commune de Wangata, commune périphérique, ont été brutalement dispersés par la police. Quelques-uns ont pu atteindre le siège de la Monusco pour déposer leur mémorandum. La même scène s’est déroulée à Kananga, ancien chef-lieu de la Province du Kasaï où des sympathisants de l’Opposition dispersés ont tout de même pu déposer leur mémorandum au siège de la Monusco.

A Lubumbashi, ex chef-lieu de la riche province cuprifère du Katanga, la situation est restée relativement calme mais des badauds ont brûlé des véhicules dans la commune de Kenya et des sympathisants de l’Opposition ont provoqué des tensions dans la commune de Katuba. Des élèves n’ont pas pu se rendre à l’école. Des communes comme Kampemba et Bel Air ont aussi vécu des moments de tension.

Villes mortes dans d’autres capitales provinciales

Kolwezi

Kolwezi

Les nouveaux chefs-lieux de Goma au Nord Kivu, Kolwezi dans le Haut Lualaba ont connu une certaine tension. Les marches ont été transformées en ville morte. La forte présence policière a dissuadé les manifestants. Toutefois à Kolwezi deux sont de cloche sont émis. Arrestation sans libération de leaders politiques locaux d’après l’Opposition mais le Gouverneur Muyez affirme qu’ils ont été libérés dans la journée.

Arrestations à Mbuji-Mayi fief de l’UDPS

D’après Radio Okapi, le coordonnateur du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et secrétaire fédéral de l’UDPS au Kasaï-Oriental, Denis Kalombo, a été arrêté jeudi 30 novembre matin par la police. Il est gardé à l’inspection provinciale de la police alors qu’il attendait les membres et sympathisants de sa formation politique, en vue de participer à la marche pacifique annoncée.

Quatre membres de la LUCHA ont aussi été arrêtés, a ajouté Bruno Kabangu, un autre responsable de l’UDPS, citant « Junior Mpiana, Jean Claude Tshamala, Barnabé et Alain Kalala ». Il a réclamé la libération immédiate et sans condition de toutes ces personnes.

Des arrestations à Kalemie fief de la Majorité

La même radio Okapi annonce des arrestations à Kalemie, supposé fief de la Majorité. La police nationale congolaise (PNC) a interpellé six membres du Rassemblement de l’opposition à Kalemie (Tanganyika), alors qu’elles participaient à une manifestation de l’opposition visant à réclamer le départ du président Kabila au 31 décembre

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :