Ebola : Les équipes de ripostes entre l’éradication du virus et les attaques à Beni

Ebola : Les équipes de ripostes entre l’éradication du virus et les attaques à Beni

L’éradication de l’épidémie à virus Ebola dépend de plus en plus de la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu. La multiplication des attaques civiles

Nord-Kivu : Les miliciens Maï-maï s’imposent à Mabuku-Kathembo à Beni pour juger des civils
Virus Ebola : 10 décisions et recommandations pour éradiquer l’épidémie de la RDC
RDC : Le ministère de la Santé reçoit 4 ambulances de l’OMS pour la riposte contre Ebola à Beni

L’éradication de l’épidémie à virus Ebola dépend de plus en plus de la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu. La multiplication des attaques civiles contre des équipes de riposte ne favorise pas l’éradication de cette épidémie qui sévit à l’Est de la Rdc.

Suite à l’attaque menée par des manifestants du lundi 24 juin 2019 contre ses équipes,  l’Organisation mondiale de la santé a dû suspendre ses activités à Beni par mesure de sécurité. Une voiture des équipes médicales de l’Oms a été incendiée par des manifestants. D’après l’OMS cette suspension n’est qu’une mesure préventive pour leurs équipes sur le terrain.

Sauver  des vies ou sauver sa peau

Entre l’éradication de cette épidémie à Ebola, leur tâche première,  et les attaques, les équipes de riposte se retrouvent dans un dilemme entre sauver des vies et sauver leur peau… Devant cette situation,  l’OMS a opté  momentanément pour la seconde proposition.  Toutefois   certaines  équipes travaillent encore sur le terrain.

Une incompréhension profonde  

Selon  les autorités provinciales, des jeunes s’en prennent aux équipes de riposte car ils sont convaincus que cette maladie n’est qu’un  mythe. Ils démontrent par ces actes une incompréhension profonde de l’épidémie. D’après certains jeunes et femmes du coin, le virus serrait créé pour enrichir des organisations impliquées à son éradication ou pour favoriser le trafic des organes vitaux des soit disant personnes atteintes  par l’épidémie, etc. Pour ce, ils intoxiquent leurs proches et provoquent de la résistance contre les équipes de la riposte de la maladie.

Cet état de chose ne facilite ni le Ministère de la santé, ni les autres organisations nationales et internationales commises à l’éradication définitive de  la maladie à virus Ebola du territoire congolais. Ainsi malgré des avancées sur le terrain, la RDC a atteint la barre de 1500 décès.

Des membres de la société civile s’assignent la mission d’aller sur le terrain à la rencontre de la population pour la sensibiliser sur le bien fondé de la présence de ces équipes médicales dans la région.

 Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :