Double casse-tête à Pompage: rareté de véhicules et embouteillage

Ce lundi 11 décembre 2017, la population de cette partie de la ville constituée des quartiers comme Pompage, Mbudi et Kinsuka a connu des difficultés

Nouvelle tarification de transport en commun : casse-tête pour la monnaie de rechange
Constat amère des consommateurs insouciants et Plaidoirie pour la normalisation des produits en Afrique centrale
La FAO et le PAM ont bénéficié d’une contribution de 27 millions de dollars du Canada pour soutenir des producteurs agricoles et des écoliers à Rutshuru

Ce lundi 11 décembre 2017, la population de cette partie de la ville constituée des quartiers comme Pompage, Mbudi et Kinsuka a connu des difficultés particulières pour gagner le Centre-Ville ou l’Upn. L’embouteillage habituel a été aggravé par la rareté de moyens de transport.

carte Pompage dans Kinshasa

carte Pompage dans Kinshasa

D’après les habitants du lieu c’est le problème de la taxe appelée « vignette » imposée et contrôlée par l’Hôtel de la ville qui a durci les conditions de transport. Des barrages de policiers et agents de la DGRK ont bloqué le peu de voitures sur les routes et freiné la circulation routière. Résultat tant d’embouteillages ont énervé la population. Celle-ci a formulé des plaintes parce que ces dernier temps chaque matin de 7H00 à 9H00 elle fait face à tant de difficultés sur le tronçon vers le Centre-ville ou vers l’autre direction, l’Upn.

Importance de la vignette et résistance du public

Des agents de la Direction Générale Régie Kinshasa, DGRK, pris dans ce embouteillage, ont néanmoins expliqué que la vignette constitue une taxe de l’Etat. Chaque chauffeur paie à l’Hôtel de la ville ce qui lui est due pour divers travaux dont la réhabilitation des routes détruites. En cas accident, les autorités urbaines ne vont pas exiger ce papier.

De conducteurs ont toutefois exprimé leur résistance à payer. Jusqu’au jour du contrôle certains chauffeurs têtus ont dénoncé le non-respect du gouvernement d’assumer ses charges, retard de réparation, peu ou pas de construction de nouvelles infrastructures, irrégularité de l’entretient. Devant ces manquements, des chauffeurs imposent leur prix aux clients selon le tronçon emprunté. Des policiers mal payés par l’Etat rançonnent des conducteurs.

Population et retombées positives  de la vignette

L’érection des barrages a aussi suscité des commentaires du public. La population demande à cette occasion au gouvernement de revoir la situation générale de l’état de route. et aussi d’augmenter et améliorer le transport en commun.

Gladys Bundu stagiaire

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :