Diocèse d’Inongo : Mgr Philippe Nkiere invite les prêtres et fidèles à la prière pour l’Eglise et la RDC

Diocèse d’Inongo : Mgr Philippe Nkiere invite les prêtres et fidèles à la prière pour l’Eglise et la RDC

Monseigneur Philippe Nkiere Kena appelle les prêtres et fidèles de son diocèse à organiser trois jours de prières pour l’épiscopat congolais et pour l

Écrivain philosophe congolais, un nouveau titre de l’artiste Felix Wazekwa
Sur le chemin de la rumba documentaire de 90 minutes
Message de Pâques du secrétariat général de la CENCO

Monseigneur Philippe Nkiere Kena appelle les prêtres et fidèles de son diocèse à organiser trois jours de prières pour l’épiscopat congolais et pour la République Démocratique du Congo. Dans son message  datant du 7 février adressé aux prêtres, l’évêque d’Inongo  a communiqué, en attendant sa lettre pastorale du carême, le programme du déroulement de ces journées de prières dans son diocèse.

« Notre pays traverse un des moments les plus tumultueux de son histoire. Cette crise socio-politique préoccupe au plus haut point le Saint-Père François et nos Pères Évêques de la CENCO. Ces derniers se réuniront en Assemblée Plénière extraordinaire du 15 au 17 février de l’année en cours. » a relevé le prélat dans son message avant de convier les siens à être en union de prière. « Je vous invite à vous réunir dans une prière commune avec les fidèles de vos paroisses respectives, aux dates susmentionnées pour la réussite de ladite assemblée. »

Pendant ces trois jours, poursuit le pasteur du diocèse d’Inongo, « le Très Saint Sacrement sera exposé durant toute la journée. Il vous est vivement recommandé de veiller à ce que chaque groupe apostolique ait le temps de se recueillir et de méditer. Et le dernier jour, soit le 17 février 2017, une célébration commune de réconciliation sera organisée. », a indiqué Mgr Philippe Nkiere.

En outre, l’évêque d’Inongo a rappelé que le Pape François a appelé tous les fidèles du monde entier à une journée spéciale de jeune et de prière pour la RDC et le Soudan du Sud (vendredi 23 février 2018). Et à ce propos, Mgr Nkiere invite à « prendre des dispositions nécessaires en vue d’un engagement réel et concret de chaque  chrétien, afin que se réalise l’intention du Pape. », a-t-il conclu.

Aussi, faut-il préciser que le diocèse d’Inongo n’est pas seul dans cette démarche. Les prêtres, religieuses et religieux de l’archidiocèse de Kinshasa se concentreront aussi à des exercices spirituels spéciaux pour l’expiation des péchés de tous ceux qui ont nui à l’Eglise et aux innocents durant cette période difficile du pays. C’est ce qu’ils ont annoncé vendredi 09 février 2018, par l’entremise de l’Abbé Jean-Marie Konde, leur rapporteur, dans le mot du presbyterium et de tous les consacrés œuvrant à Kinshasa aux dirigeants de la RDC lors de la messe en mémoire des victimes de la répression violente de la marche du 21 janvier 2018. « Nous portons le combat de la libération du Congo à son niveau mystique… Nous sommes conscients de la confiance que vous faites à vos armes pour réprimer les pauvres qui crient leur souffrance et leur désolation. Mais soyez en sûrs, à vous les armes et à Dieu la victoire. »

Ce message a été lancé à l’endroit des autorités congolaises suite à l’insécurité, aux menaces, humiliations et interpellations dont l’ensemble du clergé est victime du fait du soutien que l’Eglise catholique apporte aux manifestations pacifiques du Comité Laïc de Coordination, CLC. Ces laïcs catholiques, forts de deux messages des évêques de la CENCO, en l’occurrence « Le peuple congolais crie sa souffrance (cf Exode 3,7). Allons vite aux élections » et « Le pays va très mal. Debout congolais ! », organisent des marches pacifiques pour réclamer l’application intégrale, effective et de bonne foi de l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016 conclu sous les auspices de la CENCO par les acteurs politiques et ceux de la société civile de la RDC.  Les marches  du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018 avaient été interdites par les autorités congolaises et réprimées à balles réelles par les forces de l’ordre. Douze de personnes sont mortes, d’après le bilan fourni par l’ONU et la CENCO. Le pouvoir en place n’a reconnu que deux morts lors de la marche du 21 janvier 2018.

Une autre  manifestation pacifique est prévue le dimanche 25 février 2018 pour dire non à la dictature en RDC, selon le troisième appel du CLC à la marche pacifique.

Onésime Mukandila

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :