Déterminés à conquérir la présidence du Sénat, Bahati et l’AFDC-A quittent le FCC

Déterminés à conquérir la présidence du Sénat, Bahati et l’AFDC-A quittent le FCC

Enfin, Modeste Bahati Lukwebo et son AFDC-A viennent de se séparer d’avec l’ancien président Joseph Kabila et du Front commun pour le Congo (FCC), à c

Sénat : Le FCC divisé sur le choix
Crise d’autorité au sein du FCC, Bahati devant la Cour de cassation
AFDC-A Bahati déballent les règlements de compte de ses anciens collaborateurs du FCC

Enfin, Modeste Bahati Lukwebo et son AFDC-A viennent de se séparer d’avec l’ancien président Joseph Kabila et du Front commun pour le Congo (FCC), à cause de la course à la présidence du Sénat. Cette nouvelle a été annoncée par l’autorité morale du regroupement politique AFDC et Alliés, suite à suspension pour une durée indéterminée, décision prise par la coordination du FFC pour avoir présenté et maintenu sa candidature à la présidence du Sénat.

Les députés et sénateurs de l’AFDC-A autour de leur autorité morale, Bahati Lukwebo

La bataille pour la présidence du Sénat vient de donner l’occasion au  regroupement politique Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A) de prendre son envol.

L’AFDC-A dans la majorité au pouvoir

Aussitôt qu’il a tourné le dos à Joseph Kabila et son FCC, l’autorité morale de l’AFDC-A a sollicité de travailler avec le Président Félix Tshisekedi, en éclairant l’opinion sur sa position dans la majorité et non dans l’opposition.

« Nous ne sommes pas dans l’Opposition,  nous sommes plutôt dans la Majorité parce que nous entendons travailler avec le Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine Tshilombo et avec le Premier ministre Sylvestre Ilunga. Donc, nous ne serons pas dans l’Opposition. Nous serons dans la Majorité », a déclaré Modeste Bahati Lukwebo.

L’AFDC-A soudés autour de leur autorité morale, le sénateur Bahati Lukwebo

« La Majorité parlementaire comprend aujourd’hui trois composantes dont le FCC, le CACH et la composante AFDC et alliés, qui n’est pas n’importe qui. À trois, nous allons former le gouvernement », a-t-il souligné.
Pour être élu à la tête du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo compte d’abord sur ses « 145 élus dont 44 députés nationaux, 70 députés provinciaux, 2 gouverneurs de provinces et 7 vice-gouverneurs », mais il n’exclut pas l’apport des  autres.

« Avec eux, soutient-il, nous irons jusqu’au bout par la volonté de la base, mais également de la Conférence des chefs des partis du regroupement AFDC et alliés. Nous allons jusqu’au bout, jusqu’à conquérir le perchoir du Sénat et nous allons le conquérir ».

De règlements des comptes pour déstabiliser l’AFDC-A

Le sénateur Bahati Lukwebo n’est allé par le dos de la cuillère on précisant que la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba, comme président du Sénat, et celle d’Evariste Boshab comme premier vice-président n’ont jamais été discutées au préalable.

Libre de tout agissement démocratique

« Pour les deux candidatures, aucune réunion n’a été organisée pour que l’on discute. Nous avons été surpris un jour d’entendre du coordonnateur du FCC que l’autorité morale a décidé qu’Alexis Thambwe Mwamba et Evariste Boshab, soient nos candidats. Depuis toujours, les décisions viennent du bas vers le sommet, jamais du sommet vers le bas. Mais ici c’est le contraire », indique l’autorité morale de l’AFDC-A.

Une occasion pour professeur sénateur Modeste Bahati de se défouler, il dénonce des règlements des comptes, un manque de considération et une injustice flagrante. Il dévoile le traitement discriminatoire dont ils étaient victimes alors que, la Majorité écrasante du FCC dont on parle aujourd’hui est un apport de tout le monde, y compris de l’AFDC et alliés. « N’oubliez pas que nous apportons un poids important au FCC », reconnait-il.

Se libérer de l’ancienne méthode pour une indépendance confirmée

Déjà un mariage AFDC-A et UNC s’annonce

Bahati Lukwebo attire l’attention des élus de l’AFDC-A restés au FCC pour soutenir la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba. Pour lui, ces derniers n’ont pas qualité d’engager le regroupement à quelques niveaux que ce soit. « Nous sommes régis par les textes. Ceux qui engagent le regroupement sont connus, sont enregistrés au ministère de l’Intérieur et leurs noms sont publiés au Journal officiel. Les méthodes staliniennes, il faut y mettre fin », déclare-t-il.

« Ils se sont tous présentés aux élections avec l’étiquette AFDC et alliés. C’est moi qui ai payé leur caution, y compris Steve Mbikayi. Ministre qu’il était, c’est moi qui ai payé sa caution comme candidat député national. J’ai payé également pour tous les candidats

Caucus des députés provinciaux de l’AFDC-A Sud-Kivu

proposés par le Parti travailliste », a démontré l’autorité morale de l’AFDC et Alliés.

Le sénateur Modeste Bahati Lukwebo n’a pas ses mots lorsqu’il dit : « S’il décide de se détacher du regroupement, il doit en tirer les conséquences. La loi est claire. Si vous quittez votre regroupement ou votre parti politique, vous perdez le mandat. C’est le prix de la trahison. On sait d’où ça vient. On cherche à nous affaiblir ».

Aujourd’hui, Bahati Lukwebo et l’AFDC-A sont totalement libres, ils ne subiront plus le diktat des dignitaires de l’ancien président Joseph Kabila.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :