Des prix ont pris de l’ascenseur sur les marchés à Kinshasa

Des prix ont pris de l’ascenseur sur les marchés à Kinshasa

Incroyable, les prix des biens de consommation classique affichés par les vendeurs crèvent littéralement le panier de la ménagère à Kinshasa. Des femm

Discours de clôture de l’Assemblée plénière extraordinaire des évêques de la CENCO du 15 au 17 février 2018
Augmentation unilatérale du prix du pain : le DG de la boulangerie Pain Victoire devant les OPJ
Kinshasa : Les frais de l’examen d’État 2019 fixés à 84.000 FC

Incroyable, les prix des biens de consommation classique affichés par les vendeurs crèvent littéralement le panier de la ménagère à Kinshasa. Des femmes au foyer abordées par des professionnels de média ont exprimé leur désarroi ce 27 juin 2018 dans deux marchés emblématiques de la capitale.

« Avant par exemple, un sac de sucre coûtait 90 200 Fc et actuellement, il revient à 110 000 Fc. Un carton de savons « Brillant » qui coûtait 6000 Fc se vend aujourd’hui à 11 200 Fc »,a déclaré un boutiquier au marché Gambela.

Marché Gambela

Marché Gambela

La population déplore la hausse des prix des denrées alimentaires voire des biens et services divers. « En ce moment, un carton de poissons salés ‘Ambassade’ coûte 95 000Fc, alors qu’il y a deux mois il se vendait à 88 000Fc. Il en est de même pour 20kg de viande de bœuf « Alana/T.S » qui reviennent à 198 000Fc, alors qu’ils coûtaient 180 000Fc. Enfin, un carton de poissons « Namsove » 20+ coûtait 96 000Fc et revient actuellement à 112 500Fc »,a affirmé un caissier d’une chambre froide au marché Ezo dans la commune de Kalamu.

L’Agence  Dia a également approché un vendeur des cigarettes au marché Kapela à Yolo, qui rapporte qu’il y a un mois il achetait une farde de cigarettes « Stella et Ambassade » à 13 000Fc. Actuellement le prix est majoré de 3000Fc par farde et celle-ci coûte 16.000Fc.

« Il est impérieux que le ministre de l’Economie Joseph Kapika, avec les opérateurs économiques, de chercher les voies et moyens pour résoudre cette situation rapidement », a affirmé le vendeur des cigarettes.

Julien, jeune économiste de l’université catholique du Congo (UCC), pense que ce phénomène couvre actuellement toute la société kinoise suite à l’instabilité du taux de change, qui entraîne également la dépréciation de la monnaie locale (le Franc congolais).

Fortuné Fwasa (Stagiaire de l’IFAD).

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :