Des musulmans sensibles à l’engagement des chrétiens laïcs et d’autres plus soucieux de formalisme

 Le chef de la minorité musulmane, le cheick Ali Mwinyi M’Kuu, a appelé, le samedi 20 décembre 2018, les autorités à ne pas réprimer la marche des cat

LE PEUPLE CONGOLAIS CRIE SA SOUFFRANCE (cf. Exode 3,7) Allons vite aux élections
2018: Enjeux électoraux en RD CONGO
Pierre Lumbi : « Nous avons un candidat et un programme pour les élections, que la Majorité présidentielle nous présente les siens »

 Le chef de la minorité musulmane, le cheick Ali Mwinyi M’Kuu, a appelé, le samedi 20 décembre 2018, les autorités à ne pas réprimer la marche des catholiques et avait critiqué leur manque de respect des engagements pris. L’imam avait précisé qu’il « n’encourage ni n’interdit » aux musulmans de participer à la marche « tant qu’elle restera pacifique ».

Musulmans du Congo

Musulmans du Congo

Toutefois, sur les chaînes audiovisuelles officielles, le dimanche 21 décembre 2018, un groupe de membres de la Communauté de musulmans du Congo a nuancé les propos de leur chef en laissant entendre que celui-ci a agi de son propre chef. « Il a émis son propre avis, selon les membres de ce groupe non autrement identifié, car il n’y a pas eu une réunion du Comité directeur des musulmans du Congo ». Toutefois, ils n’ont pas osé aborder le problème de fonds qui est la position pro ou contre de la Communauté des musulmans du Congo face à l’engagement de l’Eglise catholique pour la réalisation des Accords de la Saint Sylvestre.

Des analystes congolais ont constaté qu’à la suite de la prise de position du cheick Ali Mwinyi M’Kuu, les musulmans de la base n’ont pas réagi contre leur leader. « Quand on connaît la sensibilité de cette communauté à réagir contre ce qui les dérange, le silence ne peut être qu’approbateur », ont-ils affirmé. Ils ont ajouté que dans l’entretemps, Chrétiens et Musulmans congolais confondus, subissent l’incapacité des autorités nationales de résoudre rapidement le problème politique pour un climat apaisé. «De plus, ont-ils ajouté, les Congolais, toute religion confondue, vivent les mêmes contraintes économiques qui poussent les citoyens à demander des comptes aux dirigeants».

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :