Des cloches, sifflets, klaxons ont mis en effervescence des paroisses le jeudi

Des cloches, sifflets, klaxons ont mis en effervescence des paroisses le jeudi

Le son des cloches, les sifflets, les klaxons, les vuvuzelas, les casseroles ont retenti dans plusieurs paroisses de l’archidiocèse de Kinshasa le

La journaliste Solange Lusiku a été conduite à sa dernière demeure à Bukavu
Muzito et Katumbi pour l’unité de l’opposition et aux élections crédibles et apaisées
Le Pape François contre la peine de mort et modifie le catéchisme de l’Église Catholique
paroisses

Une manifestation à Kinshasa (photo d’archive)

Le son des cloches, les sifflets, les klaxons, les vuvuzelas, les casseroles ont retenti dans plusieurs paroisses de l’archidiocèse de Kinshasa le jeudi 14 décembre 2017, à partir de 21 heures. Cette action était une réponse à l’instruction donnée par le collège des curés doyens de l’archidiocèse de Kinshasa. Les curés doyens avaient initié cette action pour réclamer l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Les militaires et les terrasses contribuent à la réussite…

A la paroisse St Michel dans la commune de Bandalungwa, à 21h, la cloche avait commencé à sonner. Plusieurs personnes, même de non catholiques, comme si elles n’attendaient que cette activité, ont accouru tout autour de la paroisse avec sifflets, vuvuzelas et couvercles des casseroles. Le propriétaire d’un véhicule, garé juste à côté de la salle paroissiale, a aussitôt commencé à klaxonner. Un peu plus loin, au niveau du Bloc commercial, les terrasses avaient arrêté de jouer de la musique pour laisser la clientèle suivre la cloche de St Michel et le vacarme qui l’accompagnait. Une Jeep des FARDC, pleine des militaires à bord, sur l’avenue Kasa-vubu, a, face à un embouteillage, contribué au succès de l’événement en klaxonnant pour se frayer un chemin.

A la paroisse St Alphonse de Matete, l’ambiance a été à son comble. A 21 heures, les matetois et matetoises n’attendaient que le signal des cloches de l’Eglise pour répondre au mot d’ordre des curés de l’archidiocèse. Ils ont  usé de toutes sortes de clameur et vacarme notamment  des casseroles, des klaxons de taxi et des motos (wewa), des cylindres et des pétards qui ont donné l’impression des coups de feu.

Même les enfants ont apporté leur contribution

Paroisses

Un enfant de 10 ans manifeste

Même constat observé dans les  paroisses St Adrien de Ngaba et St Gabriel à Yolo- Nord. Des paroissiens sont venus nombreux dans l’enceinte de la paroisse, munis des casseroles, sifflets et bien d’autres objets comme le vuvuzela. A 21 heures, les cloches de l’Eglise a retenti et s’en est suivi des bruits assourdissants. On a remarqué la participation des enfants de moins de 10 ans, répondre à ce message.

A St Mukasa dans la commune de Ngaliema, le mot d’ordre a été suivi avec grand succès. Des habitants venus nombreux ont envahi la cour de la paroisse en attente des sons de cloche. Une mobilisation totale et des coups des sifflets et autres clameurs ont été entendus, occasion pour ces paroissiens de se solidariser avec les pères curés.

A la paroisse Saint Vincent de Paul de Ngiri- Ngiri, l’activité a semblé tourner au pire. Des habitants structurés en petits groupes aux allures d’une manifestation ont obligé les forces de l’ordre à intervenir en usant des balles à caoutchouc.

A la paroisse Ste Perpétue dans la commune de Ngaliema (Kinsuka) et à la Cathédrale Notre Dame du Congo, les paroissiens se sont empressés de manifester avant même l’heure prévue. Déjà à 18 heures des sons de cloche ont retenti et à 21 heures, c’était l’euphorie.

St Kibuka, St Luc Banabakintu, St Marc et Notre Dame de la sagesse à l’UNIKIN, des paroisses proches de l’aéroport de N’djili ont manifesté sans peur de garnisons militaires qui les entourent. A Sainte Famille, en face du marché de la Liberté, le mouvement a été vivement respecté et dans le calme les habitants ont pris d’assaut le boulevard Lumumba.

Les paroisses du centre-ville, Sacré-Cœur, Sainte Anne ont gardé le silence et cela s’explique par la fréquentation et circulation de la population dans les quartiers abritant ces églises.

Globalement, le mot d’ordre du collège des curés doyens de l’archidiocèse de Kinshasa a été respecté positivement dans la quasi-totalité des paroisses à la grande satisfaction des chrétiens catholiques et non catholiques.

La Rédaction

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :