De nombreux jeunes gens à la suite de Floribert Chebeya

De nombreux  jeunes gens à la suite de Floribert Chebeya

La cérémonie d'hommage de l'activiste des Droits de l'Homme s'est déroulée à la paroisse Notre Dame de Fatima le 1er juin 2018. De nombreux jeunes gen

La police et l’armée déployées aux endroits stratégiques de Kinshasa
Journée ville morte du mercredi 15 novembre 2017 en RDC : Le pouvoir et la société civile se félicitent
REACTION DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO) FACE AUX ALLEGATIONS DE LA LUCHA

La cérémonie d’hommage de l’activiste des Droits de l’Homme s’est déroulée à la paroisse Notre Dame de Fatima le 1er juin 2018. De nombreux jeunes gens, âgés de moins de trente ans pour la plupart, ont participé à ces hommages et envahi la nef de l’Eglise. L’Abbé Koko de l’archidiocèse de Kinshasa avait prédit à l’époque la fécondité du sang versé du martyr. Des jeunes activistes  ont été interviewés ce Lundi 4 juin 2018 par l’Agence Dia.

Jeunes activistes Hommage à Chebeya

Jeunes activistes Hommage à Chebeya

De manière quasi générale et de façon spontanée, ils ont déclaré  avoir été interpellés par l’engagement de cet activiste qu’ils ont surtout connu à travers les médias. Beaucoup d’entre eux, mineurs à l’époque de l’assassinat de Floribert Chebeya, n’ont pas mesuré l’ampleur du  drame dans un pays en recherche de démocratie et surtout dans un pays en mal de respect des Droits de l’Homme. Cédric, juriste, l’un des rares à exercer un métier qui n’est pas dans la ligne de sa formation, il est propriétaire d’un cybercafé, conseille ses amis en matière de violations des droits de l’homme. Catholique pratiquant, il trouve tout naturel le prolongement  de sa foi dans la défense de ses compatriotes, des hommes créés à l’image de Dieu. Sa jeune femme, diplômée en tourisme, a suivi son mari dans cet engagement. « Je suis tombée littéralement des nues quand j’ai lu les communiqués de la Voix des sans Voix, sur les violations répétées des droits de l’homme dans mon pays. Depuis je collabore avec des amis pour dénoncer ces violations.

Des jeunes intellectuels engagés malgré leurs difficultés à intégrer la vie professionnelle

Jeunes activistes Hommage à Chebeya 2018

Jeunes activistes Hommage à Chebeya 2018

Le couple Cédric n’est pas un cas fréquent. La plupart des jeunes activistes sont des intellectuels fraîchement diplômés des Universités et Instituts supérieurs de Kinshasa, la capitale. Ils ont des engagements personnels, en suivant des parcours compliqués d’études universitaires ponctuées par des grèves, marqués souvent par des injustices des autorités académiques  voire politico-administratives qui ont eu à fermer parfois de façon intempestives les Instituts supérieurs de formation. Quelques ont réussi après des années académiques élastiques avec à l’arrivée le goulot d’étranglement pour l’obtention de l’emploi. Jacques, Jean, André et Sylvie, des juristes en herbe ou plus souvent des économistes et parfois des jeunes techniciens informaticiens donnent de leur temps à rechercher, à dénicher et à dénoncer les violations des droits humains particulièrement à Kinshasa. « Grâce aux relations de nos parents et aux amis lancés dans la vie courante, nous parvenons à repérer les amigos et autres lieux de détention des personnes ‘disparues’ en début d’enquête. » ont déclaré les jeunes gens à la presse confessionnelle. D’autres jeunes se chargent de faire parvenir aux réseaux amis à l’extérieur du pays les nouvelles des personnes arrêtées sans respect de la loi. Roger affirme avoir alerté à plusieurs reprises l’opinion internationale.

Nouvelle forme d’action, des organisations sans sièges physiques

Albert, Jeanine et Philippe, férus d’informatique et bien au fait des nouvelles technologies de l’Information possèdent à merveille l’usage des portables. Ils ont déclaré à la presse  avec un peu  de condescendance  leur nouvelle manière d’agir. « Tout se fait par réseau de téléphones. Les décisions de marche ou de sit-in en un lieu donné   sont communiquées in extremis. » a révélé Pierrot le technicien du groupe. Tout ce que les jeunes gens ont consenti à révéler, ce sont leurs noms d’association;  Echa, Filimpi, Lucha et autres Cocoricos, Citoyens épris de Liberté, etc. Néanmoins, ils n’hésitent pas à s’afficher en public lors des marches et autres commémorations de leurs aînés. A Fatima, ils ont animé par des slogans déterminés et par des chants engagés la rencontre en hommage à Floribert Chebeya et à son chauffeur Fidèle Bazana. Me Muila de Toges Noires a été le principal orateur le Vendredi 1er juin 2018 tandis Dolly, président de la VSV a montré la vie de défenseur des Droits de l’Homme de Chebeya par une série de diapositives.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :