De l’urgence au développement a demandé Caritas Congo à Genève

De l’urgence au développement a demandé Caritas Congo à Genève

A la Conférence Humanitaire sur la RDC à Genève. Mr Boniface Nakwagelewi Ata Deagbo Secrétaire Exécutif de Caritas Congo Asbl a demandé plus de lien e

Rapport de GEC : Des élections crédibles, prochaine priorité du mandat de la Monusco
L’Accord de la Saint-Sylvestre revigoré par l’ONU
Donald Trump à l’ONU : « L’avenir n’appartient pas aux mondialistes »

A la Conférence Humanitaire sur la RDC à Genève. Mr Boniface Nakwagelewi Ata Deagbo Secrétaire Exécutif de Caritas Congo Asbl a demandé plus de lien entre urgence et développement. Ceci ressort d’une correspondance reçue aujourd’hui 17 avril 2018 à l’agence Dia.

 

SG Caritas Congo Boniface Deagbo

SG Caritas Congo Boniface Deagbo

Le Secrétaire Général  de Caritas Congo Asbl a également sollicité un accroissement de l’enveloppe de l’aide et un accès plus facile des ONG locales à certains financements. Le SG Caritas Congo a souligné l’importance d’intégrer la réponse: Aide humanitaire, DDR, justice, comme ce fut le cas en ituri entre 1999 et 2005. Il a regretté que ça ne soit plus le cas.

Mr Boniface Nakwagelewi Ata Deagbo répondait ainsi à trois questions posées par le Coordonnateur de secours d’urgence des Nations Unies : que faire pour réduire les souffrances et redonner de l’espoir au peuple congolais ; quels sont les progrès réalisés depuis 2-3 ans et comment appuyer les ONGs à mieux faire leur travail ?

Besoins croissants en protection et sécurité des personnes

Mr Boniface Nakwagelewi Ata Deagbo Secrétaire Exécutif de Caritas Congo Asbl a indiqué de façon plus explicite que « la situation humanitaire en RDC est caractérisée par, d’une part, un accroissement incessant du nombre des personnes ayant besoin de d’être assistées et, d’autre part, par la faiblesse de moyens mis à la disposition des acteurs humanitaires pour répondre à ces besoins ». Les besoins les plus importants sont la protection et la sécurité des personnes, car ce sont essentiellement les personnes déplacées par les conflits et les violences exercées par les milices armées qui ont besoin de l’aide humanitaire.

Coordination accrue des acteurs de terrain et concertation des bailleurs de fonds

A propos du financement pluriannuel, Mr Boniface Nakwagelewi pense que l’on peut faire la différence dans la réponse en ce qu’il peut permettre la continuité dans l’action et d’assurer une certaine durabilité en prolongeant la réponse aux besoins les plus urgents par la réhabilitation. « Ceci exige, selon le SG de Caritas Congo, une coordination entre les acteurs humanitaires, ceux de développement et ceux de la stabilisation d’une part et une concertation entre les bailleurs de fonds humanitaires et ceux de développement d’autre part ».

En ce qui concerne les communautés affectées par des conflits, les meilleures approches et exemples de l’interaction/intervention des acteurs humanitaires sont, estiment l’activiste humanitaire, une collaboration étroite et la synergie entre les acteurs humanitaires, ceux de développement et ceux de la stabilisation (Administration Publique, Justice).

La Conférence humanitaire attend 526 millions de de dollars de promesse dont 77 millions en provenance de l’Union européenne.

Rombaut Kamwanga

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :