Dans une lettre ouverte, la Licoco félicite l’UA pour avoir décrété une journée de lutte contre la corruption, mais…

Dans une lettre ouverte, la Licoco félicite l’UA pour avoir décrété une journée de lutte contre la corruption, mais…

La Ligue Congolaise contre la Corruption, Licoco exprime dans une lettre ouverte datée de mercredi 11 juillet 2018, la satisfaction de Transparency In

Angola: 180 jours aux Angolais pour rapatrier les fonds déposés illégalement à l’étranger
Corruption et petits commerces fleurissent dans les couloirs administratifs
L’Union africaine recommande plus de moyens dans la lutte contre la corruption en RDC

La Ligue Congolaise contre la Corruption, Licoco exprime dans une lettre ouverte datée de mercredi 11 juillet 2018, la satisfaction de Transparency International et ses 28 sections en Afrique qui félicitent  l’Union Africaine pour son implication dans la question de corruption dans les pays africains. Le fait de  décréter la date du 11 juillet comme Journée africaine de lutte contre la corruption et de consacrer l’année 2018 à la lutte contre la corruption en sont des preuves suffisantes selon les anticorruptions.

Corruption de masse Afrique

          Corruption de masse Afrique

Tout en félicitant l’UA, la Licoco a commencé par relever des conséquences  de la corruption sur le développement économique du continent et estime qu’elles ne peuvent pas être sous-estimées. « La corruption n’est pas un crime sans victime et touche souvent ceux qui souffrent le plus,  particulièrement les personnes vulnérables, pauvres et marginalisées ».

A cette occasion, la Licoco a loué les efforts de l’UA de ces 10 dernières années en rapport avec son engagement qui a engendré des traités, chartes et conventions contre la corruption en Afrique.

La Licoco reconnait aussi dans cette lettre que le défi reste énorme, malgré ces engagements collectifs plausibles contre la corruption en Afrique. Car souligne-t-elle, « En ratifiant ces chartes les pays africains ont renforcé leur engagement en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de l’état de droit, ainsi que des valeurs de transparence, d’intégrité, de participation et de responsabilité ».

A travers cette lettre la Licoco note que Transparency international et ses 28 sections ont formulé quelques recommandations à l’UA pour examen portant sur 7 points, notamment  celui sur la Convention de l’UA pour prévenir et combattre la corruption (AUCPCC),  sur le Conseil consultatif de l’UA sur la corruption, les marchés  publics, les contrats  ouverts,  le recouvrement des avoirs volés, l’éducation et autres services publics de base, la transparence dans la publication des propriétés réelles des sociétés enfin une recommandation au-delà de 2018.

Sur les marchés publics, par exemple, Transparency International recommande l’élaboration  des normes et des lignes directives  pour la passation de marchés publics respectueuse des principes d’éthique et d’intégrité ; la mise en place d’une communauté de praticien consacrée  à la passation des marchés publics respectueux des principes d’éthique  et tenant en compte la valeur/prix ; la consécration des ressources à la formation et au suivi dans la passation des marchés publiques ; enfin, l’investissement dans la recherche dans le secteur des marchés publics  et constamment fournir des recommandations pour son amélioration.

Cependant, au-delà de 2018, Tansparency International et ses 28 sections ont émis quelques préoccupations : «L’engagement de l’UA à consacrer 2018 à la lutte contre la corruption en Afrique est un grand pas en avant pour le continent.  Alors que nous félicitons l’UA d’avoir créé des institutions anti-corruption et de mettre en œuvre des mesures, des stratégies et des programmes pour combattre la corruption dans la région, la réalité est que la corruption persiste malgré ces efforts.    La corruption n’est pas seulement un fléau; c’est un cancer pour notre continent. En tant que tel, nous devons continuer la lutte au-delà de 2018 et encourager les Africains à lutter contre la corruption partout où ils se trouvent. Nous croyons fermement, maintenant plus que jamais, que l’UA passe des slogans aux actions. À ce titre, nous encourageons l’UA à consacrer des ressources à la lutte contre la corruption dans ses pays membres. Ce soutien financier aidera à renforcer les systèmes anti-corruption existants et à soutenir la société civile dans l’éradication de la corruption sur notre continent ».

Il faut signalé que la Licoco est une organisation de la société civile œuvre dans la lutte contre la corruption en RDC et l’un des membres de transparency International.

Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :