Crise d’autorité au sein du FCC, Bahati devant la Cour de cassation

Crise d’autorité au sein du FCC, Bahati devant la Cour de cassation

Pendant des années, Modeste Bahati et l’AFDC-A n’ont pas su où ils allaient. Maintenant, ils savent où aller sans être téléguidés. Mais, ils n’y vont

Déterminés à conquérir la présidence du Sénat, Bahati et l’AFDC-A quittent le FCC
Sénat : Le FCC divisé sur le choix
Le député Léon Nembalemba : « il y aura un jour où le PPRD et le FCC seront aussi dédoublés »

Pendant des années, Modeste Bahati et l’AFDC-A n’ont pas su où ils allaient. Maintenant, ils savent où aller sans être téléguidés. Mais, ils n’y vont pas encore ! Jusque-là, des échos pessimistes aggravent la situation et une crise d’autorité de plus en plus consciente s’installe au sein du FCC. Mais au regroupement AFDC-A, des réactions émotionnelles s’estompent chez les uns, des réflexions désabusées de légitimité se fondent pour les autres.

Le regroupement AFDC-A

Le sénateur Modeste Bahati Lukwebo qui refuse de perdre ses écailles est prêt à utiliser tous les moyens légaux et légitimes capables de s’éloigner du despote du FCC. Partant de cette réalité, l’Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A) a déposé, jeudi 18 juillet, une plainte au procureur général près la Cour de cassation à Gombe. Le collectif des avocats de ce regroupement politique accuse quatre de ses membres et le coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC) notamment d’usurpation et abus de pouvoir ainsi que du débauchage.

Selon cette plainte, les mêmes personnes sont également poursuivies pour faux en écriture, menaces, insultes, troubles de quiétude et imputations dommageables. Sont incriminées :

  • Mme Nene Nkulu Ilunga
  • M. Jean-Pierre Tshimanga
  • M. Steve Mbikayi
  • M. Néhémie Mwilanya
  • M. Patrick Djanga.

Dans cette plainte, en peut lire ce qui suit : « Les personnes incriminées ont, par leur déclaration du 16 juillet 2019, usurpé les pouvoirs de la Conférence des présidents de l’AFDC-A et de l’autorité morale et président dudit regroupement, en se substituant aux organes décisionnels du regroupement pour engager l’AFDC-A auprès du FCC et auprès des tiers, et en convoquant des réunions sans qualité ni mandant (…) ».

La plainte déposée par le collectif des avocats de l’AFDC-A

« les incriminés se sont permis d’adresse des messages menaçants aux élus, gouverneurs et vice-gouverneurs, ministres provinciaux, mandataires, et aux cadres de l’AFDC-A. Plus précisément le coordonnateur du FCC, M. Mwilanya Wilondja Néhémie s’autorise de demander au regroupement AFDC-A de limoger son président », précise Modeste Bahati Lukwebo, signataire du document.

Dans sa plainte, Modeste Bahati indique que Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC, s’est livré au débauchage des incriminés « en leur offrant des espaces dans un hôtel 5 étoiles de la place. Ce qui est une forme de corruption. »

« Nous sommes à la fin d’une domination excessive exercée par Joseph Kabila sur son entourage. Donc, c’est la fin du règne d’un tyran. D’ici là, les dessous d’un fait divers sera dévoilé », a déclaré l’un des membres de Conférence des présidents de l’AFDC-A.

Selon un autre cadre dudit regroupement, le camp Ilunga Néné, Mbikayi et consorts ont été offert beaucoup de moyens et proposition de postes pour accepter de se retourner contre leur propre regroupement politique qui a le vent en poupe au sein du FCC. « On leur a poussé de faire comme le cas de Pierre Lumbi et le MSR au débauchage et dédoublement de l’AFDC-A. Quel honte pour ceux qui nous représentent dans les institutions de la République ? », déclare-t-il.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :