Contributions économique et sociale des compagnies d’assurances

Contributions économique et sociale des compagnies d’assurances

Les compagnies d'assurance peuvent être des entreprises contributrices au bien public tant au niveau économique que social a affirmé le mardi 6 févrie

L’archidiocèse de Bukavu opte pour une chaîne de prières en vue des élections libres et transparentes
Chez Luzolo Bambi, le PCA de la SOCODA, Kiamwangana Mateta sort victorieux devant Maïka Munan
Compétition à distance de deux poids lourds de l’Opposition congolaise

Les compagnies d’assurance peuvent être des entreprises contributrices au bien public tant au niveau économique que social a affirmé le mardi 6 février 2018 M. Herman Mbonyo, ancien Directeur général de la Société nationale d’assurance, SONAS.

Parmi les orateurs du jour à la Conférence nationale sur Assurance, Banque et Sécurité sociale, organisée par des femmes membres de l’Ong Safe, M Mbonyo a plaidé pour l’épanouissement de l’Assurance en RDC.

 

Herman Mbonyo expert en assurance

Herman Mbonyo expert en assurance

Au plan économique, M Mbonyo a donné en exemple le cobalt dont la RDC regorge en quantité phénoménale. A partir de ce minerai, la RDC va créer des entreprises qui vont payer un certain pourcentage pour les assurances. Cela va constituer un fonds de départ pour créer des grosses entreprises d’assurance qui vont utiliser de la main d’œuvre et surtout verser des taxes et redevances à l’Etat. Il a cité en exemple la France dont les assurances constituent la troisième source de revenus en tant qu’industrie pour l’Etat.

Au plan social, plaide M Mbonyo, les assurances peuvent aider à la constitution des sociétés d’assurance-maladie, à la souscription volontaire ou des mutuelles de santé qui vont assister les malades contre des maladies qui surviennent à l’improviste. ces mutuelles sont aussi créées par des compagnies d’assurance. Dans les années soixante, le gouvernement congolais avait lancé une assurance maladie pour les fonctionnaires. Beaucoup de jeunes d’antan, devenus des adultes aujourd’hui, a-t-il déclaré se souviennent de cette couverture de santé.

Pour une gestion saine de l’argent des souscripteurs

M. Herman Mbonyo a toutefois demandé une gestion saine des épargnes des souscripteurs d’assurance. il a condamné les nominations fantaisistes des responsables des assurances, dont à la Sonas. Il a aussi dénoncé les pressions du gouvernement qui exige des placements à risque comme dans les transports, cas de la Sotraz ou Air Congo. La Sonas y a laissé des plumes. L’Etat avait obligé la Sonas à transgresser les ratios des domaines d’investissement à risque. Il appelle l’Etat à agir en bon Père de famille.

Un code d’assurance à améliorer

Enfin il a reconnu beaucoup d’avancées dans le nouveau code des assurances que tout le monde doit posséder. Toutefois, il a déploré la précipitation a le faire sans mesures d’accompagnement avec comme conséquence la tiédeur des investisseurs. il y a eu trop peu de vulgarisation du texte de loi. De façon générale, il a déploré la nomination des acteurs économiques sans respect du rythme d’évolution des entreprises. Il recommande la régularisation de fonctionnement des mutuelles et autres associations qui fonctionnent comme des société d’assurance sans payer les taxes afférentes.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :