Conférence-débat de EDIFE : Une femme dynamique a de l’impact dans la société

Conférence-débat de EDIFE : Une femme dynamique a de l’impact dans la société

La conférence-débat initiée par l’ONG « les Engagés pour le Développement Intégral de la Femme et de l’Enfant », EDIFE, sur le  thème : « Participatio

Dr Denis Mukwege : « Il n’y aura de paix durable sans la participation des femmes »
Viol collectif : procès en appel reporté au jeudi 4 juillet prochain
Les acquis de 16 jours d’activisme de lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre évalués dans un café de presse

La conférence-débat initiée par l’ONG « les Engagés pour le Développement Intégral de la Femme et de l’Enfant », EDIFE, sur le  thème : « Participation de la femme au développement », le mardi 27 mars 2017 dans la salle de conférence du Centre Carter à la Gombe a tenu toutes ses promesses.

L'assistance lors de la conférence du 27 mars 2018

L’assistance lors de la conférence du 27 mars 2018

L’objectif de cette conférence-débat était de créer un cadre de discussion afin de permettre aux hommes et aux femmes de réfléchir sur l’impact de la femme dans la société.

La représentante de la ministre de Genre, enfant et famille, Mme Cécile Tshibanda, a ouvert la rencontre en soulignant que c’est dans la famille que tout devrait commencer, filles et garçons devraient être éduqués de la même façon. Pour elle, la discrimination devrait déjà être bannie au niveau des familles pour voir l’amélioration du traitement de la femme et sa considération dans la société. « Les hommes ne devraient pas dire qu’ils ne voient pas l’impact de la femme. Une femme dynamique a de l’impact dans la société ».

Trois intervenants ont tour à tour exposé leurs réflexions et expériences en rapport avec la considération de la femme en RDC. D’abord, le professeur Pierre Tshinanga  qui a planché sur l’impact sociologique et culturel de la femme. Aussi a-t- il, sous une note mitigée,  relevé le frein, le complexe que les femmes entretiennent avant d’exhorter ces dernières à être compétitives pour bénéficier de ce qui leur revient.

Major Roger Tambwe de la PNC et technicien sur la protection de l’enfant ainsi que la prévention des violences basées sur le genre, a pour sa part, parlé  des notions sur les formes des violences sexuelles. Le commissaire supérieur adjoint de la Police Nationale Congolaise s’est appesanti sur  les violences sexuelles physiques et sur la dénonciation afin que justice soit faite. L’intervenant a également mentionné que la police n’accepte pas les arrangements à l’amiable ni le retrait d’un dossier déjà établi, car le viol est un fait pénal et non civil peu importe la personne  qui le dénonce.  

L'assistance lors de la conférence du 27 mars 2018

L’assistance lors de la conférence du 27 mars 2018

La représentante de la Monusco, Mme Charlotte a, quant à elle, axé son exposé sur la résolution13 25 qui demande aux Etats membres d’impliquer les femmes dans la recherche de la paix et la prise de décision. Elle a indiqué que la ratification de cette résolution par la RDC a conduit à une  la mise sur pied d’un plan d’action national qui a permis à plusieurs institutions et structures d’impliquer les femmes dans tous les secteurs, il suffit qu’elles soient dynamiques et compétentes. Toutefois, Mme Charlotte a invité les hommes à accompagner pleinement les femmes dans cette lutte qui les concerne aussi.

Signalons qu’EDIFE est une ASBL rassemblant des hommes et des femmes pour la défense des intérêts des femmes et des enfants en RDC. Cette conférence-débat entrait dans le cadre de leurs activités de sensibilisation de l’opinion tant nationale qu’internationale sur la situation des femmes et des enfants en RDC.

Pétronelle Lusamba

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :