Comme la CENCO, le CLC invite la CENI de n’utiliser la machine à voter que pour l’identification des candidats

Comme la CENCO, le CLC invite la CENI de n’utiliser la machine à voter que pour l’identification des candidats

Une semaine après le message de l’Assemblée plénière extraordinaire de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur l’évaluation du process

La Société civile formule des recommandations à la CENI afin de faciliter la tenue d’élections apaisées le 23 décembre prochain
A 10 jours des élections du 23 décembre, des congolais de certaines contrées du pays s’interrogent sur leur effectivité
Rd Congo-Elections: Regard sur un scrutin aux enjeux multiples

Une semaine après le message de l’Assemblée plénière extraordinaire de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur l’évaluation du processus électoral en cours en RDC, c’était le tour du Comité Laïc de Coordination (CLC) d’emboiter le pas. Comme les Pères évêques, cette structure des laïcs catholiques a, à son tour, invité la centrale électorale  de « n’utiliser la machine à voter que pour l’identification des candidats et l’impression des bulletins de vote ».

Des membres du CLC

Cette position a été rendue publique au cours d’une conférence de presse animée, le vendredi 30 novembre 2018, au Centre d’accueil catholique Nganda de Kinshasa. Cette structure du laïcat de Kinshasa a lancé un message à la population congolaise intitulé : « Que personne ne dise un jour : je ne le savais pas ».

Dans ce message, le CLC  fait le constat que « la fièvre électorale est là ; l’étape de la campagne électorale est effectivement entamée mais les revendications qu’il a présentées au nom de la population, depuis ses premiers appels en décembre 2017, pour exiger la mise en œuvre des mesures de décrispation politique prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre, sont restées lettre morte ».

« Comme si cela ne suffisait pas, des faits nouveaux se sont ajoutés », a-t-il poursuivi avant de dénoncer la privatisation de l’Etat et l’abandon de la gouvernance du pays.

Vu cette situation et surtout sa fidélité aux messages des évêques de la CENCO, le CLC invite toutes les parties prenantes engagées aux élections à venir à un « sursaut patriotique et citoyen, en vue d’aboutir à des élections réellement crédibles pour une véritable alternance ».

Par ailleurs, le CLC conscient des enjeux du moment, a informé à l’opinion tant nationale qu’internationale que la « date butoir du processus électoral doit demeurer fixée au 23 décembre. Au-delà de cette date, de nouveaux dirigeants doivent être à la tête de la République », a-t-il prévenu.

Enfin, il a annoncé l’organisation avec le concours de ses partenaires, particulièrement des mouvements citoyens, d’ « un réseau autonome d’observation électorale citoyenne, afin de détecter tout manquement des parties prenantes à l’éthique électorale », a-t-il conclu.

Junior Kitambala

 

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :