Cinq jours d’échec d’éradication des emballages en plastique à Kinshasa et début prometteur à Lubumbashi.

Cinq jours d’échec d’éradication des emballages en plastique à Kinshasa et début prometteur à Lubumbashi.

Depuis le 1er juillet 2018, la production, l'importation, la commercialisation et l'utilisation des sacs, sachets et autres emballages en plastique so

L’Université de Kinshasa aurait bougé ce matin
La procure Sainte Anne « ProcKin » désormais une institution financière à part entière
Des jeunes sont conviés à l’élaboration du Budget participatif à Kintambo

Depuis le 1er juillet 2018, la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et autres emballages en plastique sont interdites en République Démocratique du Congo. Cinq jours après la fin de ce délai, presque rien n’a changé du moins dans les marchés de Kinshasa.

Du pain dans le sachet en plastique

Du pain dans le sachet en plastique

Les petits vendeurs recourent toujours aux sachets en plastique comme emballages dans les marchés kinois.  » Le gouvernement n’a prévu aucune solution de rechange. On aurait dû commencer à produire d’autres emballages avant même l’expiration du moratoire. Nous, commerçants, ne disposons pas de sachets recommandés. Nous demandons au gouvernement ces nouveaux produits », a déclaré un commerçant au marché Gambela à Kinshasa.

Mme Christine Changachanga, Environnementaliste et assistante à l’Institut Facultaire de Développement (IFAD), affirme que les sacs ou sachets en plastique sont à la base des inondations enregistrées dans la capitale congolaise. Ces déchets plastiques réduisent la perméabilité du sol ou bouchent les conduites d’eau comme les égouts, caniveaux et autres rivières dont les lits sont rétrécis. C’est dans cette optique de lutte contre les déchets qu’elle a recommandé aux autorités congolaises d’encourager les fabricants des emballages en plastique d’investir dans la production des emballages biodégradables, qui sont facilement absorbés par le sol. D’ailleurs dans son cours elle a consacré des chapitres entiers à la défense de l’environnement.

Des efforts et des résultats à Lubumbashi

 

Lubumbashi propre devant cathédrale SS Pierre et Paul

Lubumbashi propre devant cathédrale SS Pierre et Paul

Cependant à Lubumbashi, la situation est différente dans les supermarchés. A la livraison des marchandises, des agent proposent au client un sac de papier ou en sachet biodégradable en lieu et place des sachets en plastique. Selon des ressortissants de la ville, dans certaines boutiques, ce sac coûte 300 francs congolais (0,18 USD). Toutefois ce sac approprié n’est pas obligatoire. Cependant, dans d’autres supermarchés, ces sacs sont remis sans frais supplémentaires.

En ce début d’interdiction, le ministre de l’Industrie se félicite  » d’un début d’application de la décision gouvernementale portant interdiction de l’usage du sachet et autres emballages en plastique ». Rappelons que l’interdiction de ces emballages en plastique a été décidée dans un décret signé le 30 décembre 2017 par le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenze.

Fortuné Fwasa stagiaire IFAD

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :