Cardinal Monsengwo préconise la création d’une caisse de solidarité pour artistes

Cardinal Monsengwo préconise la création d’une caisse de solidarité pour artistes

« Le rôle de l’artiste congolais dans la société » était le thème de la rencontre entre le Cardinal Laurent Monsengwo et les artistes Congolais, le ve

MASA 2018 : La RDC presque absente avec un seul artiste humoriste
« JP Buse chante Zaïko », un succès fou à Montréal
Djuna Mumbafu : un concert réussi à Brighton et réclamé à Kinshasa

« Le rôle de l’artiste congolais dans la société » était le thème de la rencontre entre le Cardinal Laurent Monsengwo et les artistes Congolais, le vendredi 9 novembre 2017, à la Cathédrale Notre Dame dans la commune de Lingwala.
La rencontre a été un cadre important de concertation pouvant permettre l’artiste à retrouver le bon sens de sa mission sociale. L’artiste a un rôle à jouer pour donner à la société congolaise la couleur qu’elle mérite, en étant son interlocuteur.

Pour l’archevêque de Kinshasa, les artistes congolais doivent s’organiser. « On doit créer une caisse de solidarité pour que l’on puisse réunir les moyens pouvant vous aider mutuellement à la production de vos œuvres et à votre survie », a souhaité le cardinal Monsengwo.

Parmi les interventions, celles de l’artiste-comédien Bodo et de l’artiste-musicien Jeannot Bombenga ont plus attiré notre attention.

L’artiste comédien Bodo

Pour Bodo, il a proposé la création de groupes théâtraux dans les écoles. Selon lui, « chaque école peut avoir une troupe théâtrale. Pour que la RDC puisse avoir des acteurs de valeur et produire des pièces théâtrales de haute facture, ces élèves doivent apprendre du théâtre dès le bas âge. Cette habitude sera une voie à créer des vedettes en herbe qui, lorsqu’ils deviendront adultes, ils donneront à la société congolaise, un théâtre de qualité qui peut facilement faire le tour du monde ».

L’artiste-musicien Jeannot Bombenga

De son côté, Jeannot Bombenga a parlé de l’amour entre les artistes et il a soutenu que cet amour n’existe plus. « Il faut prêcher l’amour entre nous, surtout les jeunes artistes qui sont venus après nous, éviter les quolibets et travailler la main dans la main. Les vieux, nous sommes restés qu’à deux : moi Jeannot Bombenga et Simaro Lutumba. A notre époque, on faisait la musique comme l’art et non un moyen de se jeter de quolibets. Une chanson dont l’un critique l’autre, franchit nos frontières où cette musique est appréciée, chantée et dansée. Elle va avec ses insanités à travers le monde au détriment de notre culture. Soyons unis, s’il vous plaît ».

A l’issue de la rencontre, le cardinal a informé les artistes qu’il a nommé un aumônier pour les artistes en la personne de l’abbé Jean Marie Khonde.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :