Campagne électorale : Le FCC Shadary sur le terrain pour relever un ultime défi

Campagne électorale : Le FCC Shadary sur le terrain pour relever un ultime défi

Le candidat commun du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary, sillonne les villes du pays et cherche à gagner du terrain. C’est un peu comme si, pour convainc

Abbé Nshole : « La où la population souffre, l’Église ne doit pas être neutre »
Le 24 octobre 1969, fin de la visite des “héros de l’espace” Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michaël Collins en RDC
L’Opposition a marché pacifiquement à Kinshasa, Goma, Bukavu…

Le candidat commun du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary, sillonne les villes du pays et cherche à gagner du terrain. C’est un peu comme si, pour convaincre l’opposition que le pays ne lui est pas aussi hostile qu’on le dit généralement du fait que la gestion du régime serait chaotique.

Shadary à Mbandaka

L’homme mise pour régler ses comptes électoraux avec ceux qui contestent son autorité et sa légitimité d’un candidat président de la République. Le périple du candidat du FCC à travers le pays pour sa campagne électorale est le second qu’il puisse effectuer. Le tout premier était avant la campagne, juste après sa nomination par le président Kabila comme secrétaire général du PPRD.

Après sa première étape qui est l’ex-province du Katanga où il a parcouru les provinces du haut Katanga, Lualaba, Haut Lomami et Tanganyika, le candidat du FCC, E.R. Shadary a entamé la 2è étape de sa campagne électorale le mardi 4 décembre par Gbado-Lite, chef-lieu de la province du Nord Ubangi et à Gemena, dans le Sud Ubangi le mardi soir. De Lisala à Mbandaka ce jeudi 06 décembre sous une pluie battante, le candidat du FCC en difficulté pour rassembler le public au stade pour son meeting.

Partout où il passe, le Front commun pour le Congo n’a qu’un seul discours : il promet la gratuité de l’enseignement primaire, la suspension des frais connexes pour les étudiants, la lutte contre la corruption, la réhabilitation du barrage de Mobayi Mbongo, pour le Nord Ubangi.

Le message du candidat du FCC est le même que celui de Joseph Kabila en 2006 et en 2011. Là vraiment, Emmanuel Ramazani Shadary est la continuité de l’actuel président de la République.

Devant son équipe de campagne, Shadary a déclaré qu’il n’admet pas ce que racontent certaines personnes que « tout le pays n’est pas avec lui », et que l’opposition peut être majoritaire à Kinshasa. « Du moins tant que les congolais n’auront pas voté pour dire leur préférence, je n’accepterai jamais ça », a-t-il argué.

Le candidat du FCC, Shadary promet la gratuité de l’enseignement à l’école primaire

Il affirme que l’opposition qui veut le départ du régime de Kabila a peur des élections. Sa campagne électorale prouve qu’il tient à découdre le plus rapidement possible avec les challengers de l’opposition et tous les candidats présidents de la République.

Tel un vieux champion qui brûle d’envie de monter sur le ring pour relever un ultime défi, Shadary s’efforce de contenir sa précipitation afin de prendre le devant sur ses adversaires, qu’il juge presque dépourvu de moyens conséquents pour battre campagne.

Dans son entourage, on rappelle que ceux-là qui combattaient le pouvoir sont les mêmes qui, naguère aux affaires, ont inspiré au chef de l’Etat les décisions et autres actes que lui reprochent aujourd’hui l’opposition. « On doit faire très attention avec le pouvoir, ceux qui étaient avec nous ensemble sont passés avec armes et bagages dans l’opposition. Et, qu’un jour ou l’autre, tous reviendront manger à sa table », a fait savoir l’un des proches de Shadary, cadre de la Majorité présidentielle.

« Nous savons que l’arme de Joseph Kabila est sa capacité à malmener la crédibilité de ceux qui le combattent, et qui n’ont cessé, depuis des années, à le voir la nuit et demeurer incognito la journée. Beaucoup sont déjà avec nous aux affaires et certains se cachent encore dans le brouillard du pouvoir », a conclu un cadre du PPRD.

Gel Boumbe

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :