Campagne de l’élection du gouverneur de Kinshasa entre courtoisie parlementaire et tension militante dans les rues proches

Campagne de l’élection du gouverneur de Kinshasa entre courtoisie parlementaire et tension militante dans les rues proches

Des journalistes et autres observateurs aux approches du siège de l'Assemblée provinciale aux environs de l'Hôpital général de référence de Kinshasa o

Martin Fayulu, le fretin dans l’assiette de tous les congolais
J-J Lumumba : « Le Palu n’est pas l’héritier du combat de P. Lumumba, il utilise ce nom comme fonds de commerce »
Une méga plateforme électorale pour Kabila, mais la réalité sur terrain…

Des journalistes et autres observateurs aux approches du siège de l’Assemblée provinciale aux environs de l’Hôpital général de référence de Kinshasa ont été désagréablement surpris, ce lundi 8 avril 2019,  par la tension qui a monté d’un cran entre les sympathisants de l’ancienne Majorité et ceux de la coalition Cash dont le président Félix Tshisekedi est l’autorité morale.

Combattants devant Assemblée KIN

Combattants devant Assemblée KIN

Des observateurs, et autres journalistes s ont vécu un contraste frappant en accédant à la salle où se déroule la campagne de l’élection du gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa. La courtoisie est de mise dans la salle. Pas de propos déplacés, ni de gestes d’animosité entre les 9 candidats. Tous les candidats se sont limités à l’énoncé de leurs programmes.

Les abords pavoisés de l’Assemblée provinciale sur l’avenue Colonel Ebeya, les murs de cette enceinte placardés des panneaux et pancartes vantant les mérites des candidats ont été en contraste avec la sobriété de l’hémicycle provinciale. 48 députés présents ont participé à la plénière sur l’élection du gouverneur de la Ville-Province peuplé de plus de 10 millions d’habiatants.

9 candidats, 3 grandes familles politiques en lice

Trois grandes familles politiques se sont affrontées à l’assemblée provinciale, celle du FCC de Ngobila, celle du Cash-Udps et celles des indépendants. Si neuf candidats se sont prêtés à l’exercice de défense de leurs programmes respectifs devant les députés provinciaux afin de succéder à André Kimbuta, recordman de tous les mandats à la tête de Kinshasa, la capitale congolaise, tous ont reconnu qu’ils ne vont disposer que d’un mandat de cinq ans. Ils ont tous été obligé de structurer leurs interventions sur les urgences qui empoisonnent les habitants de Kinshasa en premier lieu l’insalubrité envahissante. Ce laxisme a été le point faible de la politique du Gouverneur sortant.

La grande liberté de tons des Indépendants

leçon du jour a été la liberté de ton des candidats indépendants qui ont proposé leurs programmes axés sur des aspects concrets. Le député provincial Roger Bimwala a été l’exemple dans cet exercice. Professeur d’université de son état, il a utilisé le mode de projection de diapositives pour expliquer son programme. Le candidat gouverneur a souligné qu’il va diviser la Direction générale de recettes de Kinshasa, DGRK, en trois structures de recettes financières, administratives et du Trésor Urbain afin de favoriser une gestion financière saine. Tout ceci pour aider le social et reconstruire les infrastructures urbaines fortement délabrées. Les autres candidats n’ont pas été si loin dans les détails.

Deux discours politiques alignés

Les deux candidats gouverneurs plus politiques qui ont affiché clairement leurs appartenances, l’un Ngobila au FCC de l’ancienne majorité et l’autre, Batumona du Cash de Félix Tshisekedi ont tenu un discours autrement structuré. Tous deux ont loué leurs parrains politiques avant d’évoquer pèle mèle les priorités urbaines. Tous deux  enfants de la Ville de Kinshasa ont décrit les défaillances et proposé des solutions. Le candidat Batumona a plusieurs fois rappelé le slogan « Le Peuple d’abord » pour insister sur le bénéfice de son action en faveur des Kinois.

Appel du président de l’assemblée provinciale à la sérénité

Discours de campagne GOUVERNEUR 2019

Discours de campagne GOUVERNEUR 2019

A l’issue et même entre deux discours de candidats, le président de l’assemblée provinciale, M. Ngoy, a appelé à la sérénité pour la suite de l’élection du gouverneur. Il a fait allusion aux violences verbales et parfois physiques entre militants du Cash et du FCC dans les rues voisines du parlement provincial. Il a demandé aux candidats de ne pas amener des militants car ce sont les députés provinciaux  seuls qui vont voter un seul gouverneur. Il a demandé aux candidats de préparer leurs supporters à la défaite car il y aura huit perdants le soir du mercredi 10 avril 2019. Il a promis de barricader les avenues de l’assemblée provinciale le jour du scrutin et cela dès 5 heures du matin le mercredi 10 avril 2019.

Rombaut Kamwanga

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :