Archidiocèse de Kinshasa : Le Cardinal Laurent Monsegwo conscientise les artistes congolais

Archidiocèse de Kinshasa : Le Cardinal Laurent Monsegwo conscientise les artistes congolais

L’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a réuni les artistes congolais dans l’église paroissiale de la cathédrale Notre Dame

Chic Shewa : Un concert pour soutenir la scolarité des orphelins congolais
MASA 2018 : La RDC presque absente avec un seul artiste humoriste
Canada : JP Buse va s’exploser en soirée VIP 100% Rumba Congolaise Moderne

L’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a réuni les artistes congolais dans l’église paroissiale de la cathédrale Notre Dame du Congo dans la commune de la Gombe le vendredi 10 novembre 2017. Cette rencontre avait pour but de conscientiser les artistes en tant que leader d’opinion tout en rappelant que l’œuvre de l’artiste dépasse sa propre compréhension pour devenir objet d’interprétation par les tiers. Donc affirme l’archevêque : « l’artiste est appelé à véhiculer toujours un message digne d’honneur. Car ses œuvres continueront à édifier ou à dérailler après son existence ».

Le cardinal Laurent Monsegwo

La rédaction de DIA à repris pour vous la 1ère partie de l’allocution de l’archevêque de Kinshasa

Chers amis artistes
C’est avec joie que je vous accueille dans cette Cathédrale Notre Dame du Congo. Soyez tous la bienvenue dans cette maison du Père. Tous sommes appelés à être fils du Père. Le Père est le premier Artiste (Genèse 1,1 : Au commencement Dieu créa le ciel et la terre). Il est Artiste par Excellence. Il nous aime tellement qu’il ne s’est pas réservé le droit de créer. Ainsi a-t-il invité l’homme à pratiquer l’art. En Genèse 1,27-28 est écrit : Dieu créa l’Homme à son image ; à l’image de Dieu il le créa ; Homme et Femme il les créa. Dieu les bénit et leur dit : « Développez-vous, multipliez-vous, remplissez la terre et dominez-la.

Cette recommandation donne à l’homme la force et la volonté pour continuer le travail du Créateur. Cela ne signifie nullement que Dieu a créé l’univers incomplet. C’est plutôt un appel à la responsabilité de l’homme. Inspiré par Dieu lui-même, l’homme doit transformer son milieu. Et la vraie transformation c’est celle qui respecte la nature. Tous nous avons une grande responsabilité d’écoute du Créateur pour enfin agir. Et les artistes, dans cette écoute commune, doivent être plus attentifs. Vous avez un grand rôle à jouer dans la société.

La société, du latin socius, veut dire compagnon ou associé. Elle comprend un ensemble de personnes qui partagent traditions, institutions, cultures… communes. Et c’est dedans qu’on trouve certaines personnes à avoir de l’influence sur les autres. Elles deviennent des références. Car elles sont suivies dans les médias partant de leur art. Il faut en avoir conscience. Il n’y a pas plus de beauté que de réaliser un devoir comme un art.

L’art est généralement lié à la beauté. Cette beauté touche nos sens, nos émotions et nos intuitions. Comme il est difficile de définir in extenso l’art, il en est de même pour déterminer sa vraie fonction pratique. C’est qui justifie d’ailleurs la pluralité de dons que vous possédez. Qui est réellement un artiste ? Question difficile à répondre.

Toutefois, on peut répertorier dans le terme art des œuvres nommées « Beaux arts » : la sculpture, la peinture, l’architecture, les arts graphiques, la musique, la danse, la poésie (lyrique, tragique et épique) et la littérature. A ne pas oublier dans cette liste le cinéma, le théâtre, la photographie, la bande dessinée, la télévision, le jeu vidéo, la mode, la cuisine, l’art numérique. On peut d’avantage étendre la liste. C’est dire qu’il n’y a pas de classification indiscutable.

En sus, on remarque qu’à chaque culture et à chaque époque les critères d’appréciation changent. Prenons en exemple les masques de nos ancêtres conservées dans des maisons d’art à l’étranger. Quand ils (ancêtres) créaient ces objets ce n’était pas pour les garder dans un musée. C’était souvent pour des fins rituelles. Ou encore, la chanson de l’indépendance n’était pas d’abord composée pour les indépendances des différents Etats. Mais aujourd’hui on remarque qu’elle fait la référence des indépendances de beaucoup d’Etats. Ce qui signifie que l’œuvre de l’artiste dépasse sa propre compréhension pour devenir objet d’interprétation par les tierces. Donc l’artiste est appelé à véhiculer toujours un message digne d’honneur. Car vos œuvres continueront à édifier ou à dérailler après vous.

Mes chers fils et filles artistes, vous avez un grand combat à mener. Ce combat est celui de la définition de son identité. Quelle est l’identité de l’artiste dans la société? L’artiste doit d’abord se définir. Si l’on ne connait pas réellement ce que l’on est dans une société c’est le début d’un grand malaise. Pour se découvrir, l’artiste doit comprendre qu’il est d’abord homme, c’est-à-dire créature de Dieu. Le talent que possède un artiste, différent soit-il des autres, a été accordé gratuitement par Dieu. C’est vrai que l’effort de l’artiste est indispensable. Mais cet effort répond à l’appel du Christ quand il nous parle de la parabole des talents (Matthieu 25,14-30). Savoir fructifier le don reçu de Dieu est une marque de gratitude à ce Dieu.

Dieu nous aime beaucoup. Il veut que tous nous obtenions le salut. Personne ne doit perdre son âme à cause des talents qu’il a reçus de Dieu. Le diable ne fait don à personne. Mais il détourne le bien de Dieu en l’homme en lui faisant croire qu’il le promeuve (Zabolo apesaka moto talenta te. Kasi akokosa moto akanisa ‘te ye nde mopesi talenta). Ne jamais abandonner Dieu pour un avantage périssable. L’artiste soigne beaucoup de blessures des autres par la création du beau. Il doit aussi prendre soin de sa vie, surtout sa vie intérieure. Le beau qui ressort de l’intérieur poussera l’artiste à agir pour le bien de ses semblables dans la société. C’est pourquoi je vous demande chers fils et chères filles de faire de votre intérieur un temple de Dieu. Ne négligez en aucun cas votre vie spirituelle. Ceci vous inspirera le vrai, le beau et le bien.

Laurent Cardinal MONSENGWO/ Prisca Materanya

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :