Archidiocèse de Kinshasa : J’ai vu la misère de mon peuple, thème retenu pour la retraite de Noël 2017.

Archidiocèse de Kinshasa : J’ai vu la misère de mon peuple, thème retenu pour la retraite de Noël 2017.

Les fidèles catholiques de la capitale congolaise s’étaient réunis en 3 soirées dans leurs paroisses respectives afin d’analyser avec leurs pasteurs l

Une matinée juridique à l’UCC sur les enjeux de la révision du code de la famille
Discours de clôture de l’Assemblée Plénière extraordinaire de la CENCO
Jean-Pierre Bemba réagit : « élection de parodie, justice instrumentalisée, processus électoral biaisé, la RDC vers le chaos »

Les fidèles catholiques de la capitale congolaise s’étaient réunis en 3 soirées dans leurs paroisses respectives afin d’analyser avec leurs pasteurs le thème « J’ai vu la misère de mon peuple tiré d’Exode 3,7 » proposé par le Centre Pastoral Diocésain « Lindonge». Une manière pour eux de se préparer à la fête de Noël, la naissance de l’enfant Jésus, Dieu qui vient sauver, délivrer l’humanité du péché, de ses infirmités et calamités.

la-creche-de-noel-de-laurent-wauquiez-rejetee-par-la-justice

Paroisse Notre-Dame de Fatima de Kinshasa

Les participants, parmi lesquels les jeunes au cœur de cette année pastorale dont le thème est : « Jeune, lève-toi, sors de ton canapé» et les adultes, ont identifié les diverses formes de misère et réfléchi sur les causes des maux qui tourmentent le peuple congolais en vue de trouver des solutions et transformer la situation actuelle par un engagement à bâtir un Congo nouveau, un Congo de liberté et de bonheur pour tous.

Sous ce prisme, les fidèles des paroisses Sacré-Cœur, Saint Eloi et Notre Dame de Fatima dans le doyenné Saint Pierre, n’ont pas manqué à l’appel de leurs curés pour participer à la retraite dans leurs paroisses spécifiques.

A Notre Dame de Fatima, la retraite a été animée par l’Abbé Prospère Djoli, curé de la paroisse Saint Eloi de Kinshasa du 13 au 15 décembre 2017.

Dans une approche participative et active, l’orateur et les participants ont relevé les causes, les auteurs et les victimes de la misère actuelle du peuple congolais à l’instar du peuple hébreux sous l’esclavage en Egypte. Et ce, dans tous les domaines : politique, économique, culturel et social.

Face à ces situations dont parfois nous sommes à la fois auteurs et victimes, et après avoir identifié le pharaon et ses collaborateurs dans notre misère, poursuit l’orateur, notre attitude ne doit être ni le silence ni la résignation, encore moins la révolte. Le Seigneur a vu la souffrance de son peuple, il a entendu les cris et est descendu pour le délivrer. Il sied plutôt de s’engager dans la construction d’une société alternative en mettant fin à nos souffrances, dans la joie de vivre ensemble sous le label d’un monde meilleur, dans un pays où coulent le lait et le miel (Ex 3, 8).

Ainsi le nouveau Congo est-il à construire ensemble avec  de fermes résolutions d’en faire : une terre d’égalité, de participation, de liberté fruit de la vérité (Jn8, 31-32), vérité sur l’être humain, sur Dieu qui est Amour, vérité sur l’avoir au service du bonheur de l’homme, vérité sur le pouvoir comme service pour l’épanouissement de tous, vérité sur la gloire qui provient du bien fait aux autres, et in fine Congo, terre de justice : une justice distributive, une justice politique et une justice-miséricorde.

Onésime MUKANDILA.

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :