Après les hommages lui rendus par la nation, le poète Simaro Lutumba se repose éternellement à Nécropole

Après les hommages lui rendus par la nation, le poète Simaro Lutumba se repose éternellement à Nécropole

Après la cérémonie officielle au cours de laquelle le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo l’a rendu ses derniers hommages a

Félix Wazekwa: « Je suis le seul au monde à avoir des sosies à cause de ma barbe »
Par l’Arrêté publié par le ministre de la Culture et des Arts, l’Etat Congolais au chevet de la SOCODA
CAN 2019 : L’Algérie affronte le Sénégal en finale

Après la cérémonie officielle au cours de laquelle le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo l’a rendu ses derniers hommages au Palais du peuple, l’artiste-musicien, Lutumba Ndomanueno alias Simaro Masiya a été conduit à sa dernière demeure, le dimanche 5 mai 2019, à la Nécropole « Entre terre et ciel », à N’Sele.

La dépouille mortelle de Lutumba levée de la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire

Le  Président Félix Tshisekedi  s’est incliné devant la dépouille de l’auteur compositeur, guitariste et poète et a déposé sa gerbe de fleurs. Après avoir salué les membres de la famille biologique de l’illustre disparu et les membres du gouvernement  présents à ces obsèques, le Chef de l’Etat a suivi toute la cérémonie officielle.

Après les différents discours funèbres du jour, un « show d’adieu » en hommage à Lutumba a égaillé la salle des spectacles du Palais du peuple. Félix Wazekwa a donné quelques proverbes tirés de la sagesse congolaise de Lutumba, le comédien Fiston Say-Say en a fait autant jusqu’à donner sourire au Chef de l’Etat, Michel Boibanda de Brazzaville et Manda Chante ont interprété la chanson ‘Sedou » et enfin, 4 virtuoses de la guitare : Pépé Félly Manuaku, Maïka Munan, Suzy Kaseya et Dino Vangu ont fait une démonstration des pros dans la chanson « Testament ya Boule », une composition de Lutumba de 1986.

Prenant la parole au nom de la famille la petite-fille de l’illustre disparu a présenté son pépé Simaro Lutumba comme un homme heureux, honnête, sage et courageux qui a pu édifier les esprits par ses mots et par sa plume.

Le président de la République Félix Tshisekedi entouré de membres du gouvernement et autres officiels

« Pour nous sa famille, nous avons une grande admiration pour notre grand-père, pour cet homme qui a lutté pour ses idéaux et qui s’est battu pour que sa famille ne manque de rien. Il a comblé notre grand-mère de bonheur, il a toujours été présent pour sa famille, malgré une vie professionnelle physiquement dure. Et nous petits-enfants, nous avons tellement reçu d’amour et d’attention de lui, qu’il est difficile d’imaginer notre vie sans lui », a-t-elle regretté.

Prenant la parole au nom de l’Union des musiciens congolais (UMUCO), le président de cette corporation et du Conseil d’administration de la Société congolaise des droits d’auteur et droit voisin (SOCODA), Kiamuangana Mateta Verckys, a remercié l’assistance pour être venus nombreux apporter son tribut d’hommage au souvenir de notre défunt frère.

« Celui que nous allons bientôt accompagner vers la grande paix du dernier sommeil qui a contribué à son essor, j’apporte à la dépouille mortelle de Simaro Masiya, avec la tristesse émue du suprême adieu, l’hommage d’un regret douloureux et d’une juste reconnaissance », a dit le président de l’UMUCO en ajoutant que c’est une chose poignante que cette fin brusque. C’est une iniquité cruelle, ce geste brutal de la mort fauchant en plein labeur cette existence, frappant d’une stupeur douloureuse les amis nombreux de celui qui n’est plus.

La dépouille mortelle de Simaro Lutumba à la salle des spectacles de palais du peuple

Pour Verckys, si des circonstances accidentelles lui valent le douloureux devoir de prendre la parole au nom de l’administration qu’il représente dont Simaro fut un des membres éminents, il ne saurait oublier qu’il fut d’abord et qu’il était resté surtout son ami.

Jusqu’à ces temps derniers, en dépit de la maladie et les souffrances qui le minaient, il n’a cessé de donner à tous ses collaborateurs l’exemple de l’exactitude au travail. Des instants d’espoir semblaient lui être encore promis et rien ne pouvait faire prévoir la fin tragique d’un homme que nous étions si heureux de compter au nombre de nos plus affectionnés amis.

Le président de l’UMUCO a trouvé que le renversement de les espérances, la perte des êtres qui nous sont chers sont parmi les épreuves que nous devons subir avec résignation. Le destin n’a pas voulu que l’homme qui nous quitte achevât dans le calme du soir, après la tâche accomplie, une carrière dont il avait gagné toutes les étapes par un travail opiniâtre.

JP Mpiana et son groupe déposant la gerbe de fleurs

Bien qu’il se trouvât trop âgé pour rester en activité et qu’il se fût pour cette raison désister de ses fonctions, Kiamuangana souhaitait que nous espérions qu’il resterait parmi nous quelques années encore. Mais au moment où on va lever le corps du défunt, il nous est permis d’exhaler notre douleur et de nous y complaire en évoquant le souvenir des vertus, de celui qui n’est plus de nôtre.

Car notre regretté ami Simaro était doué des plus précieuses qualités de cœur, et personne ne poussait plus loin que lui le culte de la famille, a dit le président de l’UMUCO qui a demandé à sa fidèle compagne qui a été admirable de dévouement pendant sa longue maladie, de trouver ici l’expression de sa profonde et sincère sympathie.

 Fondu en larmes, Verckys s’adresse à Simaro

Kiamuangana conduit la délégation des artistes

Kiamuangana Verckys s’est fondu en larme et ne pouvait plus dire un mot. La douleur a envahi son cœur. Et il réagit dans son discours par de termes appropriés en s’adressant à Simaro dans le sarcophage : « point n’est besoin de jeter des fleurs sur ton cercueil, cher collègue car tu as par ton talent, ton courage, ta persévérance, ton intrépidité, te tresser une couronne des lauriers immortels.

Parmi tant de noms glorieux, le tien brillera d’un vif éclat ; tu as pris place dans cette phalange de héros, pionniers de l’art qui inlassablement ont conquis les cœurs. Toutes les fois que tes chansons langoureuses fruit d’une carrière laborieuse au travers lesquelles tu as conquis l’estime et l’adhésion  des millions de tes contemporains seront jouées sur les chaines de radio, télévision et lieux de jouissance, ton souvenir toujours vivant dans nos cœurs ressuscitera devant nos yeux ta noble et chère figure.

Simaro, tu es de ces vaincus triomphants qui réconfortent. En disparaissant, tu laisses derrière toi comme une trace lumineuse qui montre aux autres le chemin à suivre. Tu es grand dans la mort. Tu es cette musique qui n’existera plus. Repose en paix cher Simaro, ton souvenir sera impérissable dans nos cœurs. Adieu ».Tel est le dernier message du président des musiciens congolais, Kiamuangana Mateta Verckys à Simaro Lutumba avant de le conduire à son lieu du repos éternel.

Bruno Tshibala : les œuvres de Lutumba transcendent les générations

Le Premier ministre Bruno Tshibala a fait son oraison funèbre

On note aussi que dans son oraison funèbre, le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe a  brossé à l’assistance la biographie de Lutumba Simaro qui est né le 19 mars 1938 à Léopoldville, dans la commune de Lingwala des parents originaires du territoire de Madimba, au  Kongo central.

Il a par ailleurs souligné que  «La nation congolaise vient de perdre un artiste chevronné qui fut un des portes étendards de la musique congolaise, dont l’esprit de créativité, le talent artistique et le sens de modestie n’étaient plus à rechercher. Il tire sa révérence à 81 ans, après 60 ans de carrière musicale bien remplie. Il a su œuvrer comme un éducateur, un auteur compositeur et un philosophe dont les œuvres transcendent les générations», a regretté le Premier ministre Bruno Tshibala qui a fait part à l’assistance du soutien de l’Etat congolais  au défunt, soulignant que, de son vivant, il fut élevé au rang des héros nationaux, un buste  dressé  en sa mémoire au croisement de l’avenue Nyangwe et Libération, dans la commune de Ligwala, sans  oublier la prise en charge médicale de ses soins à l’étranger ainsi que l’organisation de ses obsèques.

Gel Boumbe  

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0
%d blogueurs aiment cette page :